Le mur


J’ai envie d’écrire sur le grand chantier de cette deuxième décennie, sur cette grosse clôture que la Grèce se prépare à construire sur sa frontière turque. Un édifice de 12,5 km qui sera placé à un point stratégique du fleuve Evros, là où c’est facile pour les Africains de passer de leur enfer quotidien à un autre enfer quotidien, mais ça, ils le ne savent pas, bien évidemment. Sinon, ils auraient placé leur argent ailleurs que dans les poches des passeurs mafieux de tous ordres.

Ces-derniers doivent d’ailleurs saliver, vu l’inflation et le degré de difficultés qui augmente, ce sera une raison supplémentaire de demander un peu plus aux futurs potentiels immigrés, puis que ces derniers n’ont aucune garantie qu’ils vont réussir à franchir cette nouvelle frontière de l’espace Schengen.

Qui aurait pu imaginer, en 1989, quand le Mur de Berlin, qu’on appelait alors: «le Mur de la Honte», allait simplement se déplacer de plusieurs kilomètres! Ben, personne!

Mais l’être humain est ainsi fait qu’il a besoin d’enceintes pour se protéger des manants de l’autre côté.

La palme revient aux Chinois et leur magnifique muraille de Chine pour que les Mogols restent dans leur désert de Gobi. Ladite muraille qui est actuellement une formidable attraction touristique et qui arrête un tant soit peu, l’avancée des sables dudit Gobi.

A Berlin, on a voulu effacer ce mur qui ressemblait d’abord à une cicatrice. Seul, le marquage symbolique au sol montre son ancienne position et le musée du check-point américain vaut le détour.

Alors que le mur de Belfast, un moment ouvert ces dernières années, s’est refermé. Au moins eux ont eu l’intelligence de ne pas complètement le démonter!

Depuis, la mode des murailles est de retour. J’écris de retour, parce qu’il ne faut pas omettre que Remparts & Cie SA est une entreprise de génie-civil qui a existé de tout temps. Preuve que l’homo sapiens sapiens n’a pas évolué, mais les techniques oui.

Et si on veut encore une preuve que l’homo sapiens sapiens n’a pas évolué, il faut savoir que son organisme ne reconnait que l’eau. Et oui! C’est pourquoi, les protéines ne reconnaissent pas les éléments sucrés que contiennent sodas et autres boissons sucrées. D’où accumulation du sucre dans l’organisme et, vice parmi les vices, ces sucres vont agiter le centre du plaisir qui se trouve quelque part dans notre cerveau et, ledit centre du plaisir dit au centre de la raison: «Encore! Je ne m’en lasse pas.»

Le début de mon billet mentionne ce fabuleux projet de Remparts & Cie SA grec qui, au moins, donnera du travail aux helléniques, pour autant que ceux-ci veuillent encore travailler pour des prunes, leur salaire fondant comme neige au soleil. Ce mur sera doté de barbelés, de multiples appareils électroniques et d’une tour de contrôle. Je préfère le terme «tour de contrôle» à celui de «miradors», ledit dernier terme faisant trop prison et je ne sais plus qui seraient au taule; nous ou eux!

Je ne veux pas citer tous les murs qui me viennent à l’esprit, mais j’ai trouvé un lien où on peut voir les photos des différents murs dans le monde actuel sur ce site. Moi, de vilains messieurs costumés m’ont empêchée de photographier celui de Chypre que je trouvais pourtant joli!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s