Les nationalistes dans le Jura neuchâtelois


 

Les nationalistes suisses et français vont fêter le solstice d’été cette nuit, dans le Jura neuchâtelois. Pour ceux qui ne connaissent toujours pas la douce Helvétie, la République de Neuchâtel est le canton ouest de la Confédération helvétique qui jouxte la frontière française, cette France voisine avec laquelle elle partage une partie du Jura.

Pour ceux qui ne savent pas ce que sont les nationalistes pré-cités, ce sont de jeunes réacs, racistes, homophobes, etc… En gros, ce sont des jeunes haineux de tout ce qui n’est pas chrétien, blanc, européen, jeune et en bonne santé. Un genre de Gestapo à la 2011, quoi!

Ces bonnes âmes ont décidé de se réunir cette nuit pour fêter le solstice d’été 2011 et ce, dans le plus grand secret, au grand dam de la police neuchâteloise. Non que cette dernière ne veuille être répréhensible en soit, mais ce genre de manifestation, souvent très arrosée, finit généralement par des bagarres sanglantes et qu’il faille bien aller ramasser ces corps plus éthyliques que massacrés. Sans compter que si ces jeunes gens prônent pour un ordre mondial fort discutable, il n’en est pas moins qu’ils soient trop enivrés pour reprendre leur véhicule en laissant derrière eux un lot de déchets qui font assez désordre dans une nature qu’on cherche à préserver pour accueillir les futures éoliennes qui décoreront le paysage.

Toujours est-il que si je suis contre l’alcool au volant et pour une incarcération en cellule de dégrisement du conducteur pris en flag, avec confiscation de l’auto et du permis, je suis assez pour laisser les corps abattus se dégriser en pleine nature, de plus que la météo s’annonce clémente pour ces prochains jours.

Pour ceux qui sont blessés, je pense qu’il serait bien de leur montrer la facture de l’hôpital pour leur faire comprendre ce que coûtent leurs conneries à la société et que, si ces-derniers se plaignent de l’augmentation constante des frais médicaux, ils y participent activement. Peut-être, peut-être, et c’est selon les blessures, ces personnages hauts en couleurs se remettront en question et risqueraient de ressentir de l’empathie, ce qui les pousseraient à sortir de leur secte.

Le grand malheur dans tout cela, c’est qu’il faille en arriver là pour comprendre la souffrance d’autrui. Mais le pire est de prendre conscience qu’on ne quitte pas un groupe nationaliste-extrémiste comme ça, parce qu’on l’a décidé. Non! Quitter un groupe néo-fasciste est une traîtrise impardonnable qui peut être passible de la peine de mort, comme pour ce jeune homme suisse-allemand de 19 ans qui a voulu se distancer de son groupe. Et pour se distancer, il s’est distancé. Ou plutôt devrais-je écrire, ses amis ou mieux nommés «co-légionnaires» l’ont distancé… en le balançant du haut d’une tour surplombant un parmi des 300 lacs suisses dont je ne me souviens plus du nom.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s