Ne peut-on parler encore que de Fukushima?!


On pouvait entendre divers témoignages de Tokyoites dont certains montraient une certaine résignation avec une pointe d’humour, celle que chaque humain garde quand une situation devient désespérée. Ainsi celui d’une Japonaise: «Ça tremble tellement que je finis par en avoir le mal de mer», ou d’un autre: «Sale temps pour le tourisme!». Il y a aussi celle de cette jeune Tokyoite: «Je ne m’étais pas rendue compte dans quel confort je vivais. J’en prends toute la dimension maintenant, maintenant qu’on peut tout perdre, que le Japon risque d’être une terre hostile à toute vie».

Il y a aussi ce séisme modéré d’hier, au sud-ouest du Japon, qui a secoué l’île de Tanegashina, à 1’000 bornes au sud-ouest de Tokyo, mesuré à une magnitude de 6,1 à 21 km sous terre par l’Amercan’s Intitiute of the floor, le même mesuré à 5,7 à 10 kilomètre sous terre par l’agence météorologique du Japon. La Bagarre des chiffres continue, mais on s’en fout, on voit que ça secoue sec aussi en bas de l’archipel!

Puis il y a les agences intérimaires qui sont en rupture de stock d’ouvriers «déclassés», entendre par ce terme «de seconde ou troisième zone», à envoyer sur le site de Fukushima où TEPCO a un besoin urgent de kamikazes pour déblayer les débris au fond des cuves de confinement qui empêchent les tonnes d’eaux «faiblement» radioactives de s’écouler tranquillement dans l’océan. Il faut dire que là aussi, les chiffres varient quant au taux de radioactivité de ses matériaux à rejeter dans la mer. Mais on peut aisément imaginer qu’il doit être sacrément élevé si les déblayeurs de ces fosses tombent comme des mouches.

Puis, il y a la centrale d’Onagawa, de l’entreprise Tohoku Electric Power, TEP, qui s’émeut de retrouver de l’eau radioactive dans les piscines de désactivation du combustible suite au tremblement de terre de jeudi 7 avril 2011. «Pas de quoi s’affoler! Ici, ce n’est pas Fukushima Daiichi. Et quand on observe dans quelle mouise TEPCO se trouve, pour sûr qu’on va user de beaucoup plus de transparence à l’égard de nos chers Nippons et des habitants of the World! De plus, ici, ce ne sont que les réacteurs 1, 2 et 3 qui sont concernés. D’ailleurs, cette eau radioactive a aussi été découverte sur le sol de plusieurs étages des bâtiments des autres unités, mais chaque fois en infime quantité! Nous continuons donc d’enquêter pour voir d’où vient cette eau et où sont ces foutues fuites. On est juste un peut inquiet, car si les barres de combustible ne sont pas suffisamment immergées, même usagées, elles peuvent provoquer des rejets radioactifs dans l’atmosphère. Mais comme nous l’avons dit au début, don’t panic, nous avons la situation bien en main!»

 

Petites cartes géographiques:

La 1ère, là, situation du Japon, sans nom, mais très jolie

 

 

La 2ème, là, toujours le Japon, moins jolie mais avec les noms

 

 

Et enfin la dernière, zoom sur la zone critique où tout est sous contrôle

 

Un événement louable tout de même, un chien a été secouru par les sauveteurs de l’Empire du Soleil Levant, alors que ce dernier dérivait calmement sur le toit d’une maison depuis 21 jours. Malgré l’état de choc du canidé, ce-dernier s’est quand même vu sermonner comme quoi, ce n’était pas le moment de faire du surf au large des côtes, non mais!

Publié le 10 avril 2011


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s