Des violences lyonnaises d’extrême-droite à celles de Norvège


 

De Nosotros Incotrolados 

 

Extrait du Rebellyon.info

http://rebellyon.info/Des-violences-lyonnaises-d-extreme.html

Des violences lyonnaisesd’extrême-droite à celles de Norvège

– Analyse et réflexion –

Date de mise en ligne : mardi 26 juillet 2011

Description :

Il ne s’agit pas ici de tenter de ramener à nous la couverture médiatique des drames norvégiens. Ou de comparer ce qui n’est pas comparable. Mais de montrer dans quelle mesure les violences et les théories d’Anders Breivik ne sont pas celles d’un fou, d’un néo-nazi taré ou d’un loup solitaire égaré qui aurait grappillé sur internet des idées alambiquées pour s’en faire une folle croisade… Mais qu’elles sont représentatives d’un courant dont les théories et pratiques sont connues sur Lyon.

 

Cibler et attaquer les personnes opposées au racisme.

 

Depuis 18 mois, les violences d’extrême droite contre des militant-e-s antiracistes, antifascistes ou tout simplement libertaires se sont multipliées à Lyon. Celles qui ont fait l’objet de plaintes ont cumulé plus de 270 jours d’ITT, sans compter celles qui n’ont pas été transmises à la justice comme la dernière. La plupart d’entre elles n’ont rien à voir avec des rencontres malheureuses dans une ville devenue trop petite pour un mouvement libertaire relativement implanté et des mouvements racistes radicaux cherchant à s’afficher sur le terrain. Le Préfet a beau parler d’une guéguerre, explication bien pratique reprise par la plupart des journaux locaux, il s’agit en fait d’une stratégie au long

cours de terrorisation, de plus en plus grave. Pour ne citer que les épisodes lyonnais les plus marquants sur cette question depuis début 2010 [2] :

 


Il nous semble que Breivik, dans toute sa paranoïa et son délire, a planifié, organisé son massacre en prenant la mesure de la haine diffusée à l’encontre des personnes qui sont ici opposées au racisme d’Etat, et celles en Norvège représentant politiquement un soutien aux personnes immigrées. Tous les jours des messages de ce type sont publiés par de potentiels Breivik sur leurs sites de propagande, de Novopress [3] à Fdesouche [4], comme sur les forums des journaux industriels, du Progrès au Figaro en passant Libération, qui leur servent de formidables caisses.

En abattant froidement des dizaines de jeunes du Parti travailliste, Breivik cherche à montrer à cette mouvance islamophobe plus ou moins organisée tout à la fois une cible et un modus operandi à suivre. Cette mouvance s’y reconnait d’ailleurs: elle dénonce dans cet attentat un complot franc-maçon tout en formulant des menaces similaires à peine voilées et en trouvant des excuses au massacre (Riposte Laïque, Bloc Identitaire, etc.).

 

« Pourquoi a-t-il ciblé ses compatriotes et non ceux qui font l’objet de ce qui serait, d’après la presse, sa haine ordinaire, les musulmans ? Si la chose était avérée, je l’expliquerais tout simplement par le détournement de sa haine envers ceux qui ont toléré, rendu possible ce multiculturalisme et le remplacement de population qui lui serait devenu insupportable. » Riposte Laïque [5]

 

L’extrême-droite lyonnaise, néo-nazie ou «identitaire», n’a elle pas attendu Breivik, même si ses actes peuvent paraître anecdotiques au regard d’Utoeya. Cette violence prend la forme quasi religieuse d’une punition à l’égard non pas des immigré-e-s mais de celles et ceux, qui, consciemment, volontairement, pensent que l’immigration ne doit pas servir de main d’oeuvre corvéable à merci qu’on jette quand on n’en a plus besoin, qui refusent qu’une religion fasse office de bouc-émissaire caricatural, ou qui n’ont pas le sentiment paranoïaque de perdre leur culture (caricaturée, fantasmée) au contact des autres.

L’acte lui-même de Breivik, par son caractère monstrueux, de masse, a pour effet (ou pour but) de désinhiber la violence des islamophobes, en la légitimant théoriquement d’une part, et d’autre part en rendant mineure toute future agression. Il faudra longtemps espérons-le avant qu’un massacre de cette ampleur ait à nouveau lieu en Europe mais il reste toute la place à ces violences quotidiennes, de harcèlement, atténuées par avance par la radicalité decette déclaration de guerre.

 

Breivik, un nazi ? Identitaire plutôt.

 

Alors que l’on se plait chez nos éditocrates à nous ressortir le cliché des nazis, et avec elle une peste brune caricaturale, tatouée jusqu’au cou, bête à manger du foin avec une passion compulsive pour l’iconographie de la seconde guerre mondiale [6], il nous semble important d’analyser le discours de Breivik pour le situer clairement dans la famille de l’extrême-droite. Il se dissocie très clairement des nazis [7], dont il qualifie l’idéologie de «haineuse». Il apparaît beaucoup plus proche théoriquement des Identitaires, implantés entre autres à Lyon, notamment:

  • par la centralité de son islamophobie;
  • à travers la paranoïa d’une extinction culturelle de l’Ouest de l’Europe (l’Occident);
  • par son soutien affirmé à la politique de l’Etat israëlien [8].

Accessoirement, il est en rupture avec une extrême-droite parlementarisée, plus ringarde théoriquement, et peut-être moins radicale dans ses propos. Pour autant il n’est pas hostile à la conquête du pouvoir par les urnes, comme nos Identitaires, tandis que chez les néo-nazis cela tient actuellement de l’épiphénomène. Les Identitaires ont bien reconnu leur proximité théorique, en hébergeant rapidement en Russie la vidéo de Breivik pour pouvoir la diffuser à la une de leur pseudo agence de presse [9] Novopress le lendemain du massacre, ainsi que son traité pratique de

terrorisation.

La question qui taraude: combien d’Identitaires français ont-ils reçu le mail de Breivik du 21 juillet qui contenait son opuscule [10] ? Il est à peu près sûr que certains l’ont reçu, étant donné

  • les liens qui ne sont plus à démontrer du norvégien avec l’English Defence League anglaise [11];
  • les relations étroites des Identitaires français avec le groupe anglais, qui s’était déplacé en masse pour la marcheavortée « des cochons » à Lyon, en mai dernier [12] ;

 

 

  • l’utilisation importante de Facebook parmi les deux groupes, l’un des moyens apparemment par lequel Breivik communiquait internationalement et surtout grâce auquel il a choisi les destinataires de son document. On sauracertainement prochainement qui de nos petits identitaires lyonnais l’a reçu.

 

Une stratégie médiatique

Enfin, ce qui rapproche le plus Breivik des «Identitaires» c’est sa stratégie médiatique utilisant l’ensemble des techniques de com’ qu’on peut apprendre dans une Ecole de Commerce. Teaser, vidéo, stratégie en réseaux sociaux, maîtrise de son image [13], communication graphique et marquante, compréhension précise du fonctionnement des journalistes et des journaux [14], notion d’événement, de buzz, etc. Rien ne manque à la panoplie du serial killer marketeur, comme à celle du radical haineux d’extrême-droite déguisé en petit citoyen inoffensif amoureux de son picrate. Ça tombe bien, ils ont des «concepts» qu’on peut facilement reprendre: depuis la presse qui donne un formidable écho à un rassemblement ridicule à Lyon, jusqu’à l’assemblée nationale et l’ignoble apéro saucisson-pinard islamophobe pour la partie voyante et décomplexée, le reste se retrouvant dans des textes de lois. Jusqu’au jour où le masque du concept tombe et que le monde entier voit clair dans ce jeu.

De Lyon, nous envoyons un salut fraternel et déterminé à toutes les personnes touchées par cette froide et machiavélique déclaration de guerre.

 

 

Le nombre d’article sur le sujet sur internet est énorme, ci-dessous quelques liens pour une mise en

perspective:

Coté Front National, après les réactions de Gollnish, voici deux captures d’écran assez éloquentes de la position de deux cadres de ce parti, dont un membre de son bureau politique :

Capture ecran blog Jacques COUTELA (FN)

 

Notes

[1] Sur la notion de «Lone wolf», voir Le cas Anders Behring Breivik : un imaginaire de «lone wolf»? http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/07/24/le-cas-anders-behring-breivik-un-imaginaire-de-lone-wolf/ sur le blog Droites Extremes.

[2] Pour une liste plus exhaustive, voir l’article Retour sur 2 ans de lutte à Lyon contre l’extrême-droite et ses agressions. http://rebellyon.info/Retour-sur-2-ans-de-lutte-a-Lyon.html

[3] Les identitaires ont publié sur leur pseudo agence de presse, novopress, plusieurs articles au sujet du massacre. Après avoir affirmé que les liens d’extrême droite sur la page Facebook du tueur étaient le résultat d’un montage (Gabriac, es-tu là ?), ils se sont empressés de publier la vidéo du tueur, apologie de la croisade moderne contre l’islam.

[4] Fdesouche, après avoir recueilli des milliers de commentaires racistes, dont un grand nombre ne se privent pas d’approuver le massacre, au nom notamment d’une prétendue inévitable guerre civile européenne, titre en Une: «Immigration en Norvège: on ne reconnaît plus notre pays!» histoire de légitimer un peu plus le massacre. voir notamment l’article Lu sur Fdesouche: Anders Behring Breivik «a des arguments cohérents». http://www.liberation.fr/politiques/01012350894-lu-sur-fdesouche-anders-behring-breivik-a-des-arguments-coherents

[5] Pour ne citer que cet article de Sylvia Bourdon du 25 juillet, d’autres du même acabit sont disponibles sur ce site, qui a pour vocation de fournir des kits d’argumentaires islamophobes tout prêts.

[6] Du genre de celle que nous offre régulièrement le site FafWatch. http://fafwatch.wordpress.com/

[7] Sur Lyon, les Identitaires ne manquent pas non plus une occasion pour tenter de se dissocier publiquement des néo-nazis, stratégie électorale oblige, mais leurs fréquentations communes sont nombreuses et ils ne sont franchement pas assez nombreux pour organiser un rassemblement sans le renfort de ces troupes moins présentables. Le stade de Gerland sert de point de rencontre entre les deux groupes.

[8] Sur le soutien de Breivik à Israël et sa proximité théorique avec les auteurs israëliens les plus conservateurs voir les recensions de Nidal http://seenthis.net/people/nidal

[9] Qui ne trompe que Google News.

[10] Breivik aurait envoyé à 5700 contacts son manuel, ne voulant pas risquer sa non-diffusion par l’échec possible de son action. Le nombre est suffisamment large pour ne pas trop impliquer judiciairement les destinataires, mais pas assez important pour ne pas marquer localement ses

contacts.

[11] English Defence League, http://fr.wikipedia.org/wiki/English_Defence_League pour voir les liens suivre le compte Twitter @everythingedl https://twitter.com/#!/everythingedl de veille antifasciste sur le groupe islamophobe anglais.

Voir aussi le site associé : Exposing The English Defence League http://exposingon.tumblr.com/ (en) ainsi que les nombreuses captures d’écran à charge http://twitpic.com/photos/everythingedl

 

 

Un membre de l’EDL à l’entrée du local des identitaires lyonnais, Montée du Change à Saint-Jean

[12] L’EDL avait notamment été invité à Lyon par le Bloc identitaire à l’occasion de leur rassemblement http://rebellyon.info/A-Lyon-dans-la-rue-et-sous-la.html du 14 mai dernier.

[13] Quand on voit sa tête sur les dernières photos, elles n’ont pas grand chose à voir avec celles du jeune blondinet diffusées dans un premier temps : c’était celle qui était le plus facilement retrouvable sur internet, son «avatar Twitter».

 

Copyright © Rebellyon.info

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s