Manifestation contre ACTA le 11 février 2012


 

Anonymous prévoit elle aussi une toute grande manifestation le 11 février 2012, contre le texte de loi ACTA et rien n’empêche, pour ceux qui ne savent pas faire don d’ubiquité, de râler contre les gaz de schistes et ACTA. 2 pancartes valent mieux qu’une!

Mais pour bien comprendre ce qu’est ACTA (Arrêté Contre Tout Attentat d’échanges libres d’informations entre internautes et ce sans discrimination), je fais un copié-collé d’une intervention de Josh dans une des réponses suite à l’article Stopper ACTA qui vulgarise très bien cette loi signée en secret par divers pays.

Petite réflexion personnelle sur toutes ces lois liberticides (ACTA, HADOPI & cie) ou de l’impossibilité technique et mécanique de leur application… Ce qu’expliquent ces vidéos, mais en un peu plus condensé et plus facilement compréhensible…

josh :

Les lois anti piratage tombent les unes derrière les autres, tentant de nous faire croire qu’elles peuvent réguler ce mirobolant marché de consommation de «l’art» comme on régulerait le vol à l’étalage. Mais, pour peu qu’un peu de réflexion se fasse, c’est totalement impossible! Et je vais tenter, ici, de le prouver:

Que nous disent ces lois: qu’il est interdit de faire tourner tel ou tel programme, de se connecter sur tel ou tel site… Mais c’est faire abstraction totale de ce qu’est l’informatique, du fonctionnement d’un ordinateur ou encore de la trame même de ce qu’est internet!

Un ordinateur est fait pour faire fonctionner un programme et internet est fait pour l’échange d’informations, de données! Tenter d’en contrôler le fonctionnement sous prétexte que ce fonctionnement pourrait être détourné, c’est considérer qu’on peut contrôler la réalité, la transformer à volonté, et c’est surtout oublier que l’ordinateur n’est pas un produit électroménager basique… Quoi que…

Ces lois voudraient empêcher l’utilisation d’un appareil, l’ordinateur, dans les fonctions pour lesquelles il a été prévu!

Un lave-linge, c’est con, c’est bien plus basique qu’un ordinateur, mais pourrait-on, sur ce simple appareil, empêcher, sous prétexte que les cagoules pourraient servir à pratiquer des braquages, votre lave-linge de laver uniquement les cagoules???

Mais ces lois, et ACTA, vont même encore bien plus loin dans l’imbécilité, puisqu’elles considèrent intrinsèquement qu’on peut ôter un élément de fonctionnement essentiel sans compromettre l’appareil lui-même!

En gros, on nous explique qu’il suffirait de retirer le tambour du lave-linge pour éviter son utilisation frauduleuse… ou les roues d’une voiture pour que celle-ci ne serve pas à commettre des braquage…

Parce que le programme et tout autant essentiel à l’ordinateur que le tambour au lave-linge ou la roue à l’auto! Et la circulation de l’information (numérique, musicale, cinématographique, et autres formes) n’est rien moins qu’internet lui-même!

Qui donc irait acheter un lave-linge sans tambour, juste pour le plaisir d’avoir cet objet rendu inutile par une législation ridicule qui encombre son appartement?

C’est pourtant ce que nous proposent ces lois censées protéger de la piraterie… Acheter un ordi, oui, s’en servir, pas question, puisque c’est ouvrir le risque que l’utilisation soit «détournée», ou plutôt c’est ouvrir le risque que l’ordinateur soit utilisé aux fins qui lui sont assignées…

Et j’entends déjà les cris imbéciles: «P2P, MEGAUPLOAD et compagnie, c’est pour les pirates!»… Ben non! Ce sont tout simplement des outils d’échange d’information (les fichiers stockés sur ces sites ne sont rien d’autre que de l’information) dans leur forme la plus basique, sans fioritures (d’où l’impossibilité d’interdire le P2P tout simplement), c’est à dire l’expression la plus simple de ce qu’est internet! Donc, sauf à interdire internet, empêcher ce type d’échange est tout simplement impossible!

Les contrôler? Les restrictions et lois actuelles veulent nous faire croire que c’est possible mais voici l’exemple tout simple de cette impossibilité!

Sur MusicMe, site tout ce qu’il y a de plus légal permettant l’écoute, en ligne, d’album, j’ai découvert tel artiste qui me plait. Je pourrais télécharger sur MEGAUPLOAD, mais voilà, plus de MEGAUPLOAD! Il se trouve que, sur mon ordinateur, j’ai un petit logiciel, Jokosher (cherchez pas, les Windaube, je suis sous ‘nux) qui me permet de récupérer, au format audio que je veux, ce qui passe par ma carte audio… Donc, je lance l’écoute sur MusicMe, et je lance aussi l’enregistrement sur Jokosher, deux actions on ne peut plus légales si elles ne sont pas combinées… Mais qui, à part celui à qui je le dirai ou celui qui regarde par dessus mon épaule, pourrait savoir que j’ai combiné ces deux actions rendant mon geste illégal? Personne… sauf si on a installé, comme SONY voulait le faire, un logiciel espion sur mon ordinateur (sauf que, pour le coup, non seulement je m’y connais un peu en informatique, mais, en plus, le fait de tourner sous linux rend cette opération assez ardue et rapidement décelable)…

Et paf, me voilà pirate sans que personne ne le sache jamais!

Faudrait donc interdire les logiciels permettant de récupérer vos propres données, donc…

Ben oui, mais voilà, je programme aussi un peu, et rien de plus facile, en 5 lignes de commandes, que de récupérer sans ce logiciel la sortie audio de ma carte… Un peu plus long, parce qu’il faut taper ces 5 lignes de commande, mais loin d’être insurmontable pour qui sait les bases de la programmation et un langage de programmation!

Faudrait donc interdire la possibilité de programmer et les langages de programmation…

Ben il sert à quoi, alors, mon ordinateur, sans programme??? A rien! Lave-linge sans tambour, auto sans roues!

En fait, les possibilités de piratage sont tellement nombreuses que, comme je le disais, la seule solution législative possible c’est l’interdiction de l’utilisation de l’outil informatique… Bref, c’est totalement impossible!

Bon, c’était juste une réflexion rapide sur l’imposture de ces lois, qui, à aucun moment, ne pourront gêner le développement inéluctable du partage artistique grâce à l’outil internet et ne pourront empêcher la mutation du commerce artistique, ce qu’elles prétendent vouloir faire, et nullement une considération sur les mouvements en cours, comme celui des Anonymous, que je soutiens…

Mais je pense que tenter d’expliquer clairement en quoi ces lois ne peuvent, justement, servir au but exprimé est important, parce que ce but là est, pour ces lois, totalement inaccessible… Par contre, il est facile de détourner ces lois pour les rendre liberticides au nom de la sacro-sainte «sécurité» et de museler la contestation grâce à ces lois… Et là, les mouvements comme Anonymous prennent toute leur importance!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s