Les malheurs de l’UE et des USA, ou la fin d’une certaine mondialisation



Le 31 juillet 2011

 

Hervé Juvin est un économiste breton qui a fait Sciences-Po et qui est aujourd’hui président d’Eurogroup Institute, Institute qu’il a créée himself et est aussi vice-président du groupe Agipi. Qu’est-ce qu’Agipi, je n’en sais foutre rien, mais avant de chercher sur le net, j’ai déjà trouvé le blog d’Hervé Juvin que je n’ai pas encore pris la peine de lire, mais qui doit être fortement intéressant au vu de ce que j’ai entendu vendredi 29 juillet 2011 sur la 1ère, radio Suisse-romande, faut-il encore le rappeler? (ma radio par excellence)

Un autre blog de Juvin  (à croire qu’il a autant de blogs que moi!!)

Hervé Juvin vient de publier un livre: «Le renversement du monde. Politique de la crise», dans lequel il met en évidence le renversement des puissances et où les sauveurs d’hier sont devenus les pays à sauver aujourd’hui. (dixit le résumé très bref sur la page de la 1ère, RSR)

fichier mp3 sur l’économie et l’euro…de quoi se faire du soucis!! Surtout pour la BNS (Banque Nationale Suisse, qui a dépenser des milliards pour faire remonter l’euro et le dollar, et qui est en train de perdre des milliards, vu que l’euro et le dollar ont encore baissé, les vilains). Hervé Juvin donne son point de vue.

Pour celles et ceux qui ne veulent pas, ou ne savent pas comment faire fonctionner le mp3, j’ai essayé d’écrire un berf résumé de ce qu’y s’y dit:

«Le renversement du monde ou la crise de l’euro, ou comment certains pays européens doivent être sauvés. Il y a encore 20 ans, c’était les pays du Sud qui pouvaient être sauvés. Or, la forte illustration du renversement est au coeur de l’Europe; il faut sauver un pays, la Grèce. (et non Brian!)

En consentant au libre-échange dans le domaine des capitaux, le système européen s’est mis en entier dans les mains du marché. La crise européenne ne pourra s’achever qu’à partir du moment où une gouvernance et un modèle politique plus consistants seront élaborés. Un système qui pourra lutter contre l’agression méchante et délibérée contre l’euro et sa zone. L’Europe ne pourra gérer sa crise qu’à partir du moment où elle aura trouvé des parades autres que des plans de relance qui peuvent se multiplier à perpète les oies et en mettant en jeu des milliards d’euros sans rien réguler sur le fond.

Aujourd’hui, les forces des marchés poussent à obtenir, par la pression économique, ce que la politique et le peuple européen n’ont pas choisi. Il serait extrêmement dangereux de mettre en place un ministre de l’économie européenne, de mettre en place une gouvernance fiscale et budgétaire sous la pression des marchés, ceci sans débats et choix politiques. C’est une option politique de grande ampleur et il faut que ce sont encore les peuples européens qui décident.

Deux points sont donc à revoir:

– Le déficit démocratique. Qui connaît le président de l’Europe? Hein? Et qui pense que quand on appelle l’Europe, on appelle Madame Ashton?

– Le second, gravement à l’oeuvre en ce moment, est l’illusion que l’économie va se dispenser de la politique, du fédéralisme, des débats démocratiques, des votes et des peuples européens. Si on veut faire l’économie de la politique, on pourrait aboutir ce à quoi les marchés n’ont pas réussi à faire tout seuls, c’est-à-dire un éclatement de l’Europe.

Dans cette crise économique européenne, on a complètement oublié la politique. Et on a pas fini de payer cette forfaiture. Après avoir confié, dans plusieurs pays européens, le référendum sur l’adoption de la fameuse Constitution, la France puis les Pays-Bas, co-fondateurs de l’UE, ont refusé de valider le Traité. Mais les gouvernements ont fait comme si de rien n’était et ont trouvé un autre biais pour valider cette Constitution et entuber ainsi les Européens. Ce fut oublier qu’on puisse se dispenser du débat publique. Ce fut montrer qu’il vaut mieux laisser les peuples en dehors de la construction européenne et ça, ça risque de faire bobo.

L’Europe sert certainement à quelque chose, elle a servi et sert encore, mais si elle ne sait pas gérer ses échanges avec l’extérieur, les échanges de population, les échanges de capitaux, les mouvements des capitaux spéculatifs qui sont en train de porter une torsion sur la question de la dette européenne, les échanges commerciaux, (la naïveté du libre-échange détruisant l’industrie européenne), elle va vers de graves ennuis, et son adoption aveugle du libre-échangisme comme idéologie est en train de détruire la politique.

Ce discours n’est surtout pas anti-européen. L’Europe est quelque chose de formidable pour le monde qui vient. Mais il est dommage que certains pays européens suivent les USA qui sont en train de perdre tous les conflits auxquels ils participent et qui sont en train de se refermer sur eux-mêmes.

Et quel dommage que l’Europe ne sache pas faire argument de sa diversité au lieu de s’abandonner aux questions du libre-échange et au marché.

1ère vidéo où Juvin est extrêmement intéressant et parle juste face à une bobette qui l’interroge: il parle surtout de ce qui se passe en Turqie et en Asie

 

Une autre vidéo où Juvin est interviewé par une autre andouille. La vidéo est on ne peut plus intéressante sur ce qui se passe dans l’homo sapiens européiens et américaiens.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s