L’Italie de Berlusconi, petit billet économique.


Publié le 12 juillet 2011

 

Après, la Grèce, l’Irlande et le Portugal, c’est l’écroulement hier de la bourse de Milan qui provoque un séisme dans la zone euro.

L’Italie, troisième économie européenne derrière l’Allemagne et la France, est devenue parmi les plus fragiles. Son déficit budgétaire se révèle être l’un des plus bas dans la zone euro. Moody’s & Poor’s, deux agences de notation peu scrupuleuses, sont à l’affût, prêtes à baisser la note à cette bien mauvaise élève, ce qui provoquera un tsunami monétaire.

Silvio Berlusconi, (blanc comme neige au soleil), se chamaille avec son ministre des Finances Giulio Tremonti (noirci par des rumeurs sur un vague appartement au centre de Rome) et le président italien Giorgio Napolitano de les réprimander afin qu’ils cessassent de se disputer et de plutôt travailler pour «une sorte cohésion nationale, capito?!».

Même Maman Europa Angela Merkel téléphone à Berlusconi: «Jetzt, au lieu de chercher des poux chez Giulio, tu me fais un budget qui répond aux exigences économiques et je veux du solide, verstehst-du?!».

«Nous eûmes observé des tensions dans différents pays, peut-être en Italie plus qu’ailleurs, n’est-il point», sifflote calmement le ministre belge des Finances Didier Reynders. «Tu parles! Cochronnès! On est devant quelque chose de beaucoup plus gros que le seul sac de noeud grec et qui déstabilise l’ensemble de la zone euro», répondit la ministre espagnole des Finances Elena Salgado. Son homologue grec, Evangelos Venizelos de répondre: «Les Européens doivent cesser de se plaindre comme une vieille dame depuis plus d’un an et demi. Nous avons besoin d’un message fort et clair, non seulement pour la Grèce, mais pour toute la zone euro.» Il faut dire que cette réunion portait sur une deuxième aide pouvant aller jusqu’à 110 milliards d’euros pour la Grèce, autant dire que Evangelos prêchasse pour sa paroisse. Mais selon diverses sources occultes, aucune solution n’est à attendre cet été, tout le monde étant à la playa.

Grand ramdam aussi chez les principaux responsables économiques européens qui ont été dérangés pendant leur gueuleton et ce, de manière inopinée par le président de l’UE, Herman Van Rompuy, afin de parler de la crise de la dette. Et cela pourquoi? Pour «Coordonner les positions sur le dossier grec. Il ne s’agit pas d’une réunion de crise» en a assuré le porte-parole, «Mais il y a urgence en la matière. La troisième économie de la zone euro voit, depuis vendredi, les taux auxquels elle se finance sur le marché et sa dette atteindre des niveaux record depuis la création de la zone euro. Les actions de ses banques chutâtent en bourse. Or, l’Italie pèse économiquement, à elle toute seule, plus de deux fois plus que les trois pays sauvés pour le moment de la banqueroute, les bien nommés: Grèce, Irlande et Portugal. Si l’Italie cède, c’est toute la zone euro qui risque d’être dans la mouise. Do you understand?!»

Le commissaire européen chargé des Marchés financiers proposît de sévir à l’encontre des agences de notation, de les interdire à évaluer un pays faisant l’objet d’un plan d’aide internationale, voire autoriser des poursuites à leur encontre. Et pour cause, l’Europe fut ulcérée par la décision de l’agence Moody’s et sa façon spectaculaire et peu chevaleresque de dévaluer la note du Portugal. «C’est pas du tout, mais pas du tout correct! Compris?!»

La crise grecque et le risque de contagion ont fait plonger l’euro à son plus bas niveau face au franc suisse touto rikiki, maousse costo. Il s’échange aujourd’hui, 12 juillet 2011 pour 1,16 franc. Il fut à 1,33 franc un an plus tôt et 1,68 franc il y a deux ans. Parité euro et franc suisse pour demain? Ça, c’est pas bon pour nous du tout, du tout!

Des questions??

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s