Pr. Kodama s’exprime sur Fukushima


Publié le 8 septembre 2011

 

Bien que Fukushima, (j’en démords pas) ne fasse plus qu’un entre-filet occasionnel dans les médias les plus populaires, le professeur Kodama, directeur du Centre de radio-isotopes, s’exprime sur le mesures prises par les autorités et TEPCO. Et on peut se rendre compte que dans un pays hyper-développé en matière technologique, il n’est pas aisé de prendre les bonnes décisions lorsqu’un accident nucléaire se déclare. Pourtant, avec Tchernobyl, on aurait pu penser que le monde entier en aurait tirer des enseignements. On s’aperçoit, avec une stupeur non dissimulée, qu’il n’en est rien. Au contraire, les liquidateurs se sacrifient à Tchernobyl pour enfouir le réacteur sous des tonnes de sable, de plomb et de béton. Et hop, le tour est joué, on ne voit plus rien! On interdit le secteur pendant quelques années et on ouvre le site pour touristes en quête du grand frisson.

Tchernobyl devenu parc d’attraction alors que sous les tonnes de béton, des matières radioactives… s’activent toujours.

Or depuis le 11 mars 2011, soit 6 mois après cette catastrophe nucléaire nippone, on peut s’apercevoir qu’on est toujours pas en mesure de neutraliser ce type d’événement. On tape sur TEPCO pour n’avoir pas su éviter les cafouillages des premiers jours, on éjecte des ministres qui ont pensé évacuer Tokyo, allongeant le périmètre autour de la centrale de 20 à 200, voire 300 km; on appelle les renforts du Number One of the World la bien nommée Areva and l’entreprise US really good in atomic’s situation la bien nommée Kurion; rien n’y fait! Au contraire, leurs systèmes font preuve de nombreux problèmes techniques. En gros, les Nippons et le monde entier ont vu que l’Empire du Soleil levant pouvaient se passer de ces experts…en rien du tout.

En fait, même si le site semble circonscrit, il n’en est pas moins que les constructeurs de ces centrales magiques ne savent même pas comment traiter les coriums ni comment les évacuer. Et pour les ignares qui ne savent pas ce qu’est le corium, je vais vous l’expliquer de façon la plus vulgarisée possible. Le corium n’est autre que le magma créé par la fusion des combustibles nucléaires logeant dans un container appelé «réacteur» et c’est très, mais alors très très chaud, tellement chaud que ça perce ce qui a dessous. On appelle cela: «le syndrome chinois». Quand on sait que les réacteurs 1,2 et 3 sont entrés en fusion, il y a de quoi se faire du soucis.

Mais ajoutons un petit peu d’optimisme dans ce billet plutôt maussade en écoutant, ou plutôt en lisant les sous-titres pour ceux qui ne parlent pas le japonnais couramment, le professeur Kodama qui en rajoute une couche.

 

Feuust pâârt:

 

 

Sekond pâârt:

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s