2011, ces têtes qui tombent…en Europe aussi


 

Publié le 9 novembre 2011

 

Papandréou, premier ministre grec qualifié de «fou et dépressif» par Sarko (qui égratigne Nétanyaou de «menteur que je ne peux plus blairer» au passage), va-t-il céder son siège au vice-président de la BCE Lucas Papademos? Tout ceci en laissant une jeunesse désemparée. Des jeunes qui se battent dans leur situation individuelle sans éducation en un engagement social ni collectif, quel qu’il soit, qui vivent dans des conditions de travail sans contrat pour la plupart, sans sécurité sociale, souvent du travail sur appel et s’estiment encore heureux quand ils se font 600 euros par mois. Mais il est vrai aussi qu’ils reproduisent certains comportements sociaux auxquels les générations précédentes les ont habitués tels que: demander des passes-droits, demander à leur prof d’uni de leur faire passer des examens, demander des certificats médicaux de complaisance, évidemment de ne pas payer leurs impôts, et etc..Les jeunes Grecs ont un grand dégoût envers la classe politique et de l’Europe en général. Ils se sentent vendus à l’Europe du Nord et détestent l’Allemagne et les Allemands par la même occasion, l’un allant rarement sans l’autre.

Or, les Grecs qui font péter leur loi en Grèce sont les armateurs. Ces derniers, représentant la plus grande et la plus puissante armada maritime du monde, n’hésitent pas à trouver des compromis avec l’Etat pour payer le moins d’impôts possible, avec la menace de battre un autre pavillon si l’administration ne se contente pas de leurs tractations. (D’ailleurs, sur les rives nord du bleu Léman, dans ce qu’on appelle communément l’Arc Lémanique qui s’étend de Lausanne à Genève, deux mégalopoles bucoliques, se trouve le siège d’un des plus gros armateurs helléniques. Ceci afin de permettre au big boss de ne pas avoir le blues en bénéficiant d’un point de vue inégalé et inégalable sur le lac, sans doute!…et d’un petit forfait fiscal, peut-être!)

Ne nous amarrons pas aux clichés et sachons aussi que les poids lourds qui pèsent sur le budget grec sont l’église orthodoxe et l’armée. Mais pour un pays qui a subi des tensions historiques récentes…Il faut donc sacrifier une génération. Et toc!

* * *

C’est au tour du très télévisuel et optimiste Berlusconi d’être sommé de jeter l’éponge, ceci suite à la décision du président (et oui, il y a un président en Italie, mais alors quel est son nom?…facile à retrouver sur le Ouèb, mais pas le temps) qui est intervenu pour faire pencher la balance entre un gouvernement qui soutient mollement Silvio et un Sénat qui le rejette…ou l’inverse. (C’est qu’avec tous ces événements et toutes ces différentes gouvernances au sein de l’Europe, il y a de quoi perdre la tête, tout comme mes parenthèses dans ce texte, d’ailleurs! Au moins, avec les dictateurs c’était clair, ils étaient renversés point barre!)

Et, qui l’eut cru, c’est un monde tout-de-même! La bourse de Tokyo est ravie et remonte en hausse, ce qui est un comble quand on sait que le Japon est hyper-nucléarisé et que l’Italie ne possède pas une centrale! Le rapport? Aucun! C’est juste pour la petite histoire et une parenthèse supplémentaire évitée!

Le Cavaliere, roi des médias et de la irreal politique, se dit conscient des mauvais résultats de sa politique d’austérité, ceci avec un «masque de cire» (dixit les médias). Normal que son botox le tende et ses implants capillaires se retirent quand on sait que l’homme est attendu par une certaine justice qu’il n’est pas arriver à réformer, et c’est tant mieux! Quoiqu’on puisse douter du terme «justice» et de savoir en quoi cela consiste! Cette dernière aura au moins le privilège de calmer les foules en colère en leur délivrant un bouc émissaire, protégeant en cela le reste du gouvernement qui était à la botte du premier cavalier ministériel.

* * *

Chez nous, en douce et bucolique Helvétie, on s’apprête à voir des têtes tomber et les dernières élections populaires de ce week-end va donner un coup de pouce pour préparer «La Nuit des Longs Couteaux». Et c’est au tour du siège du Romand Didier Burkhalter, Conseiller Fédéral du Département de l’Intérieur, soit: sécurité sociale, santé, éducation et recherche, culture, égalité, racisme, statistiques et météorologie, qui serait menacé et ce, par un UDC. Ça craint!

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s