J21, et viva Espagna!



Publié le 21 décembre 2011

 

Afin de comprendre le système démocratique espagnol, pour quelqu’un qui vit en Suisse, cela devient de la rigolade. En Espagne, la démocratie a deux partis, le Parti socialiste PSOE et le Parti populaire PP, qui détiennent 90% des sièges du Parlement, les 10 % restants étant occupés par de petits partis folkloriques.

Alors, comment fonctionne le système électoral? Simple, le parlement espagnol est composé d’une chambre basse, le Congrès des députés, et d’une chambre haute, le Sénat.

Le Congrès des députés compte 350 membres élus tous les quatre ans au suffrage universel direct. Le mode de scrutin est proportionnel aux 52 circonscriptions qui se voient attribuer un nombre de sièges proportionnel à leur population, mais avec un minimum de deux.

Le Sénat, lui, compte 264 élus, dont 208 le sont au suffrage universel direct majoritaire.

Certains qualifient ce système bipartiste de «frauduleux» et de peu démocratique. Tu parles!

Le PSOE et le PP sont les grands bénéficiaires, alors que les petits partis sont les grands perdants. Comme les électeurs se sont faits à cette réalité, ils concentrent leurs voix sur quelques candidatures, favorisant ainsi le regroupement croissant des choix autour du PSOE et du PP.

Il faut savoir que les listes des partis sont fermées et bloquées, empêchant ainsi l’élection de députés indépendants. L’électeur ne peut ni diviser sa voix entre différentes listes, ni choisir ou changer l’ordre des candidats au sein de la liste qui lui est soumise. Il la prend ou il la laisse, point barre!

Devenir député consiste donc à être placé en bonne place sur la liste de ceux qui l’ont rédigée, ce qui entraînera la soumission dudit député aux décisions du parti.

Des demandes de réforme du système électoral espagnol se font entendre depuis des années et elles sont une des principales revendications du mouvement des Indignés. Revendications qui restent lettres mortes pour l’instant, les grands partis ne voulant pas changer une équipe qui gagne!

C’est donc dans un climat maussade animé par des Indignés, des Résignés, un nombre de Chômeurs record, des coupes dans les dépenses publiques et un endettement plaçant le pays au 1er rang de la crise au sein de la zone euro, que les conservateurs du PP ont remporté une victoire écrasante aux élections générales en Espagne le 20 novembre 2011.

 

 

C’est donc le conservateur franquiste Mariano Rajoy qui succède au socialiste José Luis Rodriguez Zapatero et devient premier ministre hier, mardi 20 décembre 2011.

Le PP a obtenu186 députés au Congrès, la chambre basse du Parlement, le PSOE 110,

Les nationalistes catalans de CIU 16, les communistes d’Izquierda Unida (IU) 11, les indépendantistes basques de la coalition Amaiur 7, le Parti nationaliste basque 5 sièges et l’UPyD 5.

Avec cette majorité absolue, le PP est en mesure de gouverner tout seul le pays, sans alliances avec les partis nationalistes régionaux.

Mariano Rajoy annonce qu’il va immédiatement examiner les moyens pour surmonter la crise, soit une coupe budgétaire de 16,5 milliards d’euros en 2012 dans le secteur public. A commencer par compter les coupons de PQ mensuels des petits écoliers!

Primo: économiser les 1’000 millions d’euros que le gouvernement Rodriguez Zapatero a distribué
aux syndicats sur trois ans pour avoir la paix sociale.
Deuxio: régler les énormes détournements et évasions fiscales imputées au gendre du Roi Juan-Carlos, M. Urdangarin, dont la société aurait perçu de manière illicite des fonds publics pour un montant de 2,3 millions d’euros. (A ce propos, combien coûte un roi et à quoi ça sert?!)

Tertio: régler les 648 cas de corruption en cours d’instruction touchant la classe politique.

Petit calcul: 1’000 millions ou un milliard + 2,3 millions + humm mettons (648 cas de corruption à 2,5 millions de patates = 1 milliard 620 millions) donc arrondissons à 3 milliards. Restent 13,5 milliards d’euros. Prenons un salaire moyen de (là, n’étant pas du tout au courant, je mets un chiffre au zazard en espérant que je ne me plante pas complètement) 1’500 euros mensuels, soit 18’000 euros annuels. 13,5 milliards divisés par 18’000 = 750’000 chômeurs potentiels. Combien coûte un chômeur espagnol! Mettons 500 euros mensuels soit 6’000 euros annuels x 750’000 = 4 milliards d’euros. On continue? Z’aime bien les calculs à la con! 4 milliards divisé par 18’000 euros = 250’000 chômeurs de plus. Comme je tombe sur un chiffre rond de 1 million de chômeurs en plus dans la fonction publique, (car il va de soi qu’on ne va pas sabrer chez les députés qui ne servent plus à grand chose en ces temps de crise), qui va être touché?? Qu’est-ce que la fonction publique hispanique? Les enseignants, le milieu hospitaliers, la voirie et…la police, l’armée?

Plus rigolo (ouais, je sais, mon billet est long, mais je m’amuse quoi!). Un million de chômeurs en plus, cela fait pile poil un million de contribuables en moins. On me suit? Non, je dis cela, mais c’est ce qui nous pend au nez à tous si nos dirigeants continuent à piloter le navire droit dans les récifs! Il va bien falloir sabrer ailleurs. Donc qui sont les prochains sur la liste? Les rentiers, bravo! Je ne l’aurais pas trouvé toute seule! Il y a deux sortes de rentiers, les âgés et les handicapés. Dans les deux cas, on va leur demander de travailler (pour les uns, plus longtemps, pour les autres, z’ont qu’à se démerder!) et ainsi, diminuer les rentes et les coûts de la santé, je sens qu’on me suit! Or, il est vrai qu’avec un taux de chômage de 21,52% + 1 million de chômeurs en plus, on y rajoute les rentiers…Et on commence à comprendre les Grecs(ques)!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s