AI ou Assurance Invalidité Helvète


«L’AI est le principal pilier de la prévoyance invalidité en Suisse (1er pilier). Comme l’AVS, l’assurance-invalidité (AI) est une assurance obligatoire qui vise à garantir les moyens d’existence aux personnes assurées devenues invalides, que ce soit par des mesures de réadaptation ou des rentes.»

 

C’est ce que dit en substance l’article de la Confédération sur l’AI.

Or depuis un certains nombre d’années, chaque rentier(ère) ne se sent pas très bien lorsqu’il ou elle reçoit une missive estampillée «AI/AVS/Assurances sociales» dans sa boîte aux lettres…et encore moins lorsqu’il ou elle doit ouvrir l’enveloppe pour en connaître le contenu. Et si ce climat délétère pour le prestataire est si angoissant, c’est qu’il s’est organisé, dans tout le pays, et depuis quelque temps, une nouvelle chasse aux sorcières oh combien silencieuse pour bon nombre de péquins. Ces mêmes péquins qui ont glissé dans les urnes leur bulletin de votation lorsqu’il s’est agi des révisions de l’AI, assurance qui s’est avérée être un gouffre à pognon.

On ne pourra en vouloir à ces électeurs de premières instances d’avoir formulé ce désir de révision lorsque, dans les années 90, alors qu’une crise traversait le pays, bon nombre de fonctionnaires se sont retrouvés à la trappe et que l’Assurance Chômage incitait ceux qui ne retrouvaient pas de travail et arrivaient au bout de leurs prestations chômage, d’aller faire un tour chez un psychiatre afin de formuler une demande d’AI. C’est ainsi que dans ces années-là, bon nombre d’ «invalides psychiques» se sont retrouvés des rentiers AI en attendant la retraite afin que l’Assurance Vieillesse ou AVS prenne le relais. (Attention! J’use le terme «individu» sans aucune connotation péjorative, mais pour faire un beau texte en français digne de l’Académie Française en évitant au mieux les répétitions. Pari pas encore gagné!)

Lassé(e) par ce genre de pratiques qui a coûté le lard du chat, le ou la votant(e) s’est donc prononcé(e) en faveur des révisions AI, suivi et dépassé en cela par le fameux parti UDC (Union Des Conspirateurs) qui émit l’initiative que celles et ceux qui souffraient de dépressions, de fibriomalgie ou de maux du dos, bref, de ce qui n’était pas visible sur les radios de tous types devaient ne plus bénéficier de rentes AI. Beaucoup de bénéficiaires reçurent donc une lettre avec une date, une fameuse échéance à laquelle ils ou elles ne toucheraient plus leur argent mensuel. Ne leur restait plus qu’aller se chercher un travail ou de s’en aller quérir le minimum vital au Social de leur ville. (On vide un pot pour en remplir un autre!) (Et de ne pas parler des nombreuses lettres de valides qui arrivent sur le bureau de l’institution AI, anonymes bien sûr, dénonçant un(e) rentier(ère) AI qui va boire un café tous les matins, au bistrot du coin. Un invalide se doit de rester à la maison et de pleurer sur son sort!) (Et de ne pas citer non plus les démarches administratives de plus en plus compliquées pour toucher une rente, un examen de 6 mois devrait permettre d’évaluer l’état de santé de la ou du demandeur(se) et de lui proposer un cadre de reconversion ou de réinsertion dans une autre profession.) (ça fait beaucoup de parenthèses, raté mon examen à l’AF!)

C’est donc incognito ou incongnita que des rentiers(ères) depuis plus de 20 ans se retrouvent avec cette fameuse lettre administrative qui leur ordonne de se présenter devant les médecins de l’Assurance-invalidité afin d’évaluer leur capacité à être réinséré(e) dans une société actuelle qui peine déjà à trouver des postes de travail pour les jeunes et les plus de 40 ans. Ajoutez à cela le relèvement de l’âge de la retraite de 65 à 67 ans et ce sont des désemparé(e)s de 40-50 ans qui se voient avec un avenir professionnel de plus de 17 ans très très prétérité avant de toucher l’AVS. Ou…se retrouver au Social jusqu’à la retraite!…Et de tout perdre! (Enfin, le peu qu’ils ou elles ont)

Ce billet a volonté de pouvoir donner une voix à ces anonymes dont on ne parle pas, mais qui vivent une situation dramatique dont le simple travailleur lambda ne se doute pas! En effet, qui n’a pas mal au dos, qui n’a pas de petits bobos ou qui ne souffre pas d’une petite déprime de temps en temps! Les médias font part des bonnes nouvelles d’économies faites dans ce domaine et tout le monde est content! Il est fort probable que ces mêmes médias ne feront pas part des suicides que ces nouvelles réformes impliquent. Ces morts ne paraîtront que dans la rubrique nécrologique, pour autant qu’il y en ait une. Faut du fric pour ça!

C’est pourquoi, pour une population moindre, l’enfer a déjà ou ne fait que commencer!

Cela ne se passerait-il qu’en douce et bucolique Helvétie? Que nenni! En ces temps de crise, ces faits se retrouvent dans tous les pays d’Europe où les économies sont de rigueur. Et les sans-voix de se taire, de peur de perdre le peu dont ils ou elles bénéficient déjà…Les Invalides sont au ban de la société. Ce sont des citoyens de seconde zone, des non-droits à part celui de voter, des boucs émissaires paresseux, bref, des parasites qui saignent l’économie du pays!

 

 

Publicités

Une réflexion sur “AI ou Assurance Invalidité Helvète

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s