Les USA et le G8 2012 livre l’Afrique à Monsanto


  • Adapté du rapport d’Alexis Baden-Mayer, Esq., Directeur politique
    Organic Consumers Association, 23 mai, 2012

Lors des réunions du G8 du week-end passé, le président Obama et les dirigeants des pays les plus riches de la planète ont revu à la baisse leurs engagements précédents pour éradiquer la faim en Afrique. Comme quoi, ces réunions des Gx coûtent bonbon et ne servent à rien, mais cela, on vous l’a déjà dit! Pour se déculpabiliser, ces pays riches laissent le problème dans les mains de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition, une alliance de sociétés privées filant-sous les-tropiques qui vont investir quelques milliards de dollars et parmi lesquelles on retrouve…MONSANTO, gagné!

Monsanto qui va engager quelques cinquante millions de patates sur trois pays, la Tanzanie, le Ghana et l’Éthiopie. Juste le temps de graisser la papatte du Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, un homme qui bafoue les droits humains des militants, qui emprisonne les dissidents et interdit l’accès aux médias dans les zones où cette multinationale va régler le problème de la famine à grands coups de semonces transgéniques.

The Committee to Protect Journalists envoie une lettre au président Obama dénonçant le gouvernement éthiopien qui minimise régulièrement l’ampleur de la crise, qui refuse aux journalistes l’accès aux zones sensibles et qui censure la couverture des nouvelles indépendantes. Cafteur, va!

Or, qui trouve-t-on comme porte-parole principal des États-Unis derrière la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition? L’administrateur de l’USAID, M. Rajiv Shah. Mais Késako encore que cet USAID? Pour celui ou celle qui est bouché(e), ce n’est rien d’autre que le logo humaniste de US comme USA et AID comme Aide. Donc Aide chapeautée par le Gouvernement d’Obama.

Penchons-nous un instant sur ce M. Rajiv Shah.

Rajiv Shah ne fusse autre que l’Homme qui a dirigé les programmes agricoles de la Fondation Bill & Melinda Gates, une des principales partenaires sans but lucratif de Monsanto, et fusse dans le conseil d’administration d’AGRA, l’Alliance pour une Révolution Verte en Afrique. Shah, médecin avec diplôme de commerce en poche, a usé de ses connexions avec la Fondation Gates pour faire de l’USDA le champion du génie génétique ainsi que d’autres technologies controversées, et a géré des millions de dollars pour la recherche sur les OGM. C’est avec ce CV certes incomplet qu’en 2011, le Gouvernement US a nommé le Shah comme ShahPotteur de l’USAID.

Mais qui trouve-t-on encore à l’USDA, United States Departement of Agriculture?!

Il y a le secrétaire Tom Vilsack, gouverneur de l’Iowa, ardent défenseur de Monsanto, du génie génétique et de l’élevage industriel. Un homme qui en a dans le pantalon puisqu’il n’hésite pas à expérimenter ses recherches sur les plantes pharmaceutiques en plein air et ce, sur des terres agricoles, ne craignant pas la contamination des plantes naturelles conçues par une Nature qui en a chié des millions d’années pour arriver au résultat biologique que nous connaissons encore aujourd’hui.

Puis, Michael Taylor, Conseiller principal de la Food Drug Administration et du Commissaire de la sécurité alimentaire. Michael est un ancien lobbyiste de Monsanto et fut le vice-président de la politique publique de la Corp Monsanto de 1998 à 2001. Encore un qui n’a pas peur des conflits d’intérêts!

Et Islam Siddiqui, négociateur en chef de l’agriculture pour le Bureau du Représentant américain du commerce. Un Siddiqui qui fusse vice-président de la CropLife America, un lobby notoire des pesticides et des entreprises de génie génétique qui représente les six multinationales contrôlant le 75% du marché mondial des produits agrochimiques, à savoir: Monsanto, Syngenta, Bayer, BASF, Dow et DuPont. Sacré Siddiqui, va!

Pompon sur le soja transgénique, l’USDA se paie aussi Elena Kagan, de la Cour Suprême, ceci pour avoir l’appui juridique dans les conflits qui opposent Monsanto aux fermiers américains très mécontents. Pour ne pas être seule face à ces agriculteurs ingrats qui ont bénéficié des contaminations de leur production par des semences OGM, Kagan s’est alliée avec Clarence Thomas, un ancien avocat de Monsanto. Ho ho!

Vous voulez savoir ce que vous bouffez aux USA? Rien n’est plus simple! USDA vous communique tous les composants de tous les aliments que vous ingérez. Prenez donc votre portable et rendez-vous sur le site: National Nutrient Database for reference of the norme 24

Prenons un aliment au zazard et accédons gaiement sur le USDA Ground Beef Calculator (ou calculateur des composants du boeuf haché in english) 

Ce n’est pas fini. Je sais, l’article est un peu long, mais respectez quand même un résumé de 36’000 sites vers lesquels les liens me dirigent, sans compter les recherches que je fisse de mon côté. De plus, vous avez tout le week-end de Pentecôte pour le lire, non?

Mais j’ouïsse vos doléances et je vais m’appliquer pour résumer le communiqué de Ronnie Cummins, directeur de l’Association des consommateurs bio

« Études après études, les pratiques agricoles biologiques, agro-écologiques des petites exploitations diversifiées ont montré qu’elles peuvent augmenter les rendements en Afrique et dans le monde en développement de 100-1000% par rapport aux rendements des produits chimiques intensifs ou des mono-cultures génétiquement modifiées. Pour aider les petits agriculteurs et les villageois dans le monde à survivre et à prospérer, nous devons les aider à accéder, non pas aux semences génétiquement modifiées et intrants chimiques coûteux, mais plutôt subventionner l’accès à la terre, à l’eau, et donner les outils et les techniques de l’agriculture traditionnelle durable. Entendons par là, pollinisation libre, rotation des cultures, production de compost naturel, insectes bénéfiques et accès aux marchés locaux. Bill Gates, Monsanto et Barack Obama croient que le génie génétique et chimique agriculture intensive sont les outils pour nourrir le monde, les cons! Mais un tout petit coup d’oeil sur l’agrobusiness moderne montre une histoire différente. Respectueuses du climat, seules les pratiques saines de l’agriculture biologique sont en mesure de nourrir le monde. »

Alexis Baden-Mayer, directeur politique de l’OCA critique la Nouvelle Alliance en ces termes:

« Contrairement aux points de discussion du président Obama et des autres dirigeants des pays du G8, le problèmo pour lutter contre la faim dans le monde n’est pas la nécessité de produire plus de nourriture, mais d’arrêter la façon dont les pays riches subventionnent leurs agriculteurs les plus riches qui saisissent les meilleures terres d’Afrique et ceci afin de spéculer sur les denrées alimentaires sur leurs marchés financiers. Ce gaspillage de nourriture est détourné pour la production d’aliments pour le bétail et pour des biocarburants qui polluent et qui puent la frite trop cuite. Ainsi, on augmente progressivement les coûts de l’agriculture en encourageant l’utilisation de semences OGM coûteuses et non viables, les pesticides et les engrais. Or la planète produit déjà plus de 1 1/2 fois assez de nourriture pour nourrir tout les pelé(e)s du monde. Et c’est encore assez pour nourrir 10 milliards de tondu(e)s, un pic que nous attendons d’ici à 2050. Néanmoins, 1 milliard de personnes sur la planète souffrent encore de faim chronique parmi lesquels on trouve 70% d’agriculteurs. Comment expliquez-vous cela?! Hein?! Bande de pignoufs!

« Si le G8 se souciaient vraiment de la lutte contre la faim, ils arrêteraient ces producteurs alimentaires industriels qui gaspillent les ressources mondiales. Des chiffres?

« Mais il n’y a qu’à demander!

« 35% de la nourriture produite dans le monde entier nourrit les animaux laitiers. Alors que 50% des végétaux consommables suffirait à tous les hommes. 10% d’huile végétale mondiale est détournée vers le biodiesel, 6% pour cent des céréales mondiales est détournée vers l’éthanol. 30 à 50% de la nourriture destinée à la consommation humaine dans le monde finissent sur les marchés de la Bourse et est détenue par les spéculateurs. Une spéculation indigeste qui a augmenté de 12% en 1996 à 61% aujourd’hui. Les 4 plus grands boulimiques sont ADM, Bunge, Cargill et Louis Dreyfus qui dominent à eux seuls 75 à 90% du commerce des céréales dans le monde entier, ceci pour générer des bénéfices 2 à 3 milliards de dollars par année.

(AGIR)

« Le Congrès des États-Unis est prêt à continuer de subventionner à coups de dizaines de milliards de dollars, pognon des contribuables, les plus grands producteurs de l’agro-industrie. Le projet de loi comprend un programme de 9 milliards de dollars par an d’assurance-récolte pour garantir un revenu pour les entreprises agricoles les plus rentables du pays. Ceci se présenterait sous la forme de subventions illimitées pour les producteurs industriels qui peuvent se payer des primes d’assurance qui leur permettent une certaine gestion des risques. Ainsi, l’USDA réduit les cotisations d’assurance-récolte pour Monsanto et son maïs transgénétique. Par contre, les producteurs biologiques devront payer un supplément, les risques étant plus élevés.

(AGIR)

« Dans les faits, cette décision est une promotion des sciences éprouvée sur l’augmentation des rendements plutôt que de pousser des technologies durables et soi-disant coûteuses. Les petits agriculteurs aux prises avec la pauvreté et la faim pourraient être aidés avec des techniques pour produire plus de nourriture saine. Des entreprises comme Monsanto voudraient nous faire croire que leurs technologies sont ce que les agriculteurs ont besoin. Mais les données scientifiques sur la nourriture demandées par l’ONU a montré une amélioration des rendements agricoles des petits paysans et leurs méthodes l’agro-écologiques (autrement dit: biologiques). »

Un excellent rapport du 23 mai 2112 de Jill Richardson dans Alternet, « Comment les Etats-Unis ont vendu l’Afrique aux multinationales telles que Monsanto, Cargill, DuPont, PepsiCo et autres, » qui illustre ces faits avec des exemples en provenance du Kenya. (Avec des tas de liens aussi. Bigre!)

 

Publicités

Une réflexion sur “Les USA et le G8 2012 livre l’Afrique à Monsanto

  1. Pingback: 2012, le G8 livre l'Afrique à Monsanto | FAICMFSF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s