Suisse: avoir sa maison à tous prix!


 

Une autre initiative sur laquelle le bon peuple helvète aura à s prononcer le 17 juin prochain est celle qui ferait rêver n’importe quel péquin résident en Suisse:

«Accéder à la propriété grâce à l’épargne-logement».

Dans les faits, pour celui, celle ou ceux qui accèdent à son premier logement, cette initiative prévoit de déduire 10’000 chf par année de ses impôts pour une personne seule, 20’000 chf pour un couple marié et ce, pendant 10 ans, le tout exonéré de l’impôt sur la fortune. Le rêve quoi!

Ça, c’est l’appât pour le ou la votant(e) qui ne veut pas se payer les articles de lois qui rentrent un plus dans les conditions requises pour avoir son ou leur appart. Or, si actuellement, la moyenne des locataires devenus en partie propriétaires est de 39% dont 20% en zone urbaine (une partie étant toujours à la banque de son choix, ce qu’on appelle le prêt hypothécaire, un taux qui fluctue selon l’économie du pays. Actuellement, il n’a jamais été aussi bas!). Pour accéder à un logement, il faut investir une grande partie de son 2ème pilier, une 2ème assurance-vieillesse obligatoire, l’AVS ne versant qu’une modique somme d’environ 1’900 frs pour une personne seule, un peu moins x 2 pour les couples mariés. Le 2ème pilier est là pour soulager un peu les portes-monnaies et certain(e)s n’hésitent pas à contracter une assurance 3ème pilier.

Afin de bénéficier de ces conditions fort favorables pour avoir son propre toit, il faudra avoir un revenu de minimum 100’000 chf annuel.

Petit calcul en se disant que le patron est un homme très sympathique et qu’il offre encore un 13ème salaire, 13ème qui n’est plus une obligation et n’y sont soumis que ceux qui font partie d’une convention collective de travail propre à la profession. Pour une personne seule, cela fait un salaire mensuel net de 13 x 7’692.30 ou 12 x 8’333, 35 chf. Du pain béni pour les jeunes mariés qui se voient ainsi ce même revenu divisé par deux. Et là est le premier piège à cons! En effet, qui peut garantir qu’on va se supporter pendant 10 ans. Si dans des temps encore pas si anciens que cela, les enfants étaient la pierre d’achoppement pour la durabilité d’un couple, là, ce sera le logis qui sera le ciment de la vie à deux.

Deuxième piège à pignoufs: un essor de ces accès facilités à la propriété provoquera la surchauffe du marché du logement, déjà très tendu aujourd’hui. La spéculation sur les terrains vont aller bon train et aucun frein ne sera mis à la politique des entreprises de construction. En bref, les appartements ou villas vont devenir de plus en plus chers et ce même pour les locataires qui n’ont rien demandé.

Troisième piège à doux rêveurs: c’est de croire que la situation actuelle est figée dans le temps et perdurera pendant 10 ans. Si on peut penser que le couple ne divorce pas, on peut imaginer une crise mondiale où l’un des deux tartempions perd son emploi…ou doit déménager à des kilomètres pour conserver son emploi!

Qu’arrivera-t-il si la personne seule ou le couple ne peut plus garder l’appartement? Dans les deux cas, il lui faudra imaginer de le vendre et ce, au meilleur prix. Car les rétroactifs vont faire un retour de manivelle tel que ces propriétaires en herbe vont s’en ramasser plein la poire. Ce qui veut dire, rembourser les impôts qui n’ont pas été payés, soit 10’000 chf par an pour une personne seule, 20’000 balles pour les couples. Ce à quoi viennent s’ajouter le remboursement des assurances 2ème pilier investis. Tout ceci sans compter les augmentations des taux hypothécaires qui peuvent reprendre l’ascenseur à tout moment!

En gros, de se retrouver dans la même situation de ceux qui ont cru au doux mirage des années fin 1980, 1990, où beaucoup y ont laisser des plumes de paon!

Certes, le Conseil Fédéral a vite réagi pour éviter cette débâcle que les djeunzs n’ont pas connu et exige de ce fait, un versement obligatoire de fonds propres de 10% en espèces sonnantes et trébuchantes, ceci en sus du 2ème pilier, pour l’acquisition d’un appartement. Sachant qu’aux abords de Lausanne, on trouve des 3 pièces 1/2 assez mignons pour des montants de 700’000 chf, ce sera 70’000 patates à débourser en plus.

Cette initiative, comme on le voit, est un immense piège à cons pour ceux qui n’ont pas les moyens, et n’est rien d’autre qu’un cadeau fiscal pour ceux qui sont déjà bourrés de thunes!

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s