Suisse: encore une votation de con!


 

Petit éclairage sur l’initiative populiste de l’ASIN: «Pour le renforcement des droits populaires dans la politique étrangère (accords internationaux: la parole au peuple!)» et retournons-nous un instant sur le passé! Pour exemple, prenons le taux de participation aux votations fédérales de 2007 lors desquelles 4 citoyens sur 10 ont glissé leurs enveloppes dans les urnes, soit un absentéisme de 60%. Il faut remonter à 1919 pour trouver un pourcentage de 80,4% aux élections fédérales. Depuis cette date, le taux de participation n’a cessé d’osciller entre 54 et 58 %.

Pour mieux saisir l’ampleur de l’abstentionnisme par rapport aux nombres de scrutins votés, ci-joint un tableau piqué sur le site de la Confédération helvétique.

 

Ajoutons à cela que la participation du citoyen Helvéticus Politicus est légèrement revue à la hausse depuis le système de votation par correspondance et, selon les cantons, par voie électronique. Le vote par correspondance s’est généralisé depuis 1995 et on attend que les communes se munissent d’un système fiable pour l’introduction du e-voting. Mais l’abstention est toujours le vainqueur!

Pour comprendre qui est l’abstentionniste en puissance, ce n’est pas celle ou celui qui vote blanc. Ce ou cette dernier(ère) montre qu’il ou elle n’a pas d’avis sur le sujet et qu’il ou elle ne sait pas encore si il ou elle préfère la guillotine ou la pendaison. (Bon, je passe au masculin, sinon, on ne va pas y arriver. Le sujet «il» reflète l’être humain en général, d’ac?!) L’abstentionniste, lui, ne renvoie même pas son matériel de vote. Il s’en fout et ne se sent pas concerné par la vie active et l’emprise de son choix sur son destin. On y trouve généralement les gens de moins de 30 ans, les citoyens de seconde zone…et les marginaux.

En plus, on ne s’improvise pas citoyen responsable lorsqu’on ne comprend pas la moitié des sujets sur lesquels il faut se prononcer et c’est encore pire lorsque l’on commence à potasser les articles de loi qui vont changer. Le citoyen modèle va devoir s’informer si il veut se prononcer et c’est un boulot à part entière auquel il faut s’atteler avant de mettre une croix dans la bonne case.

Et gare à la formulation de la question, cette dernière comprenant le piège de la double négation!!!

C’est pourquoi, pour faciliter le travail de ceux qui finissent leur boulot et qui se ruent sur Farce-de-Bouc, l’enveloppe contient un papelard avec les recommandations des différents partis. Ce qui n’arrange pas les choses pour celui qui est consciencieux, mais qui arrange les pro-ASIN et pro-UDC qui savent que ces partis ne veulent que le bien pour ses citoyens!

Comme on peut donc le comprendre, c’est donc une minorité qui décide pour la majorité. Rajoutez à cela la double-majorité, (article bien utile du 28 mai 2012), et le tour est joué! L’abstentionniste se fatigue de voter pour des prunes si les cantons réacs forment la majorité!

Cela fait donc quelques jours que sont démontés les pièges de deux scrutins fédéraux sur trois. Il est temps de démonter le dernier, celui de l’ASIN, une branche UDC (Union Des Conspirateurs) qui a mis un million pour sa campagne initiatique: «Pour le renforcement des droits populaires dans la politique étrangère (accords internationaux: la parole au peuple!)»

 

Que veut donc cette ASIN (Assemblée Suisse des Irréductibles Nationaux. D’ailleurs, très beau logo, n’est-il point?!)?

 

Actuellement, la Suisse conclut 500 traités internationaux par an. Sur ces 500 traités, 20 à 40 traités sont soumis au référendum facultatif (pas de double-majorité, et toc!), au grand dam des Irréductibles Nationalistes. Pour parer à cette «injustice» et se ramasser chaque fois une baffe, l’ASIN a réussi à obtenir ses 100’000 signatures pour mettre au référendum obligatoire (double-majorité, Aïe, là ça se gâte!) les traités suivants:

  • ceux qui fixent des règles uniformes pour trois Etats ou plus dans des domaines importants («unification multilatérale du droit»); (déjà…rien compris! Mais les explications suivent, ouf!)
  • par lesquels la Suisse s’engage à reprendre automatiquement des normes de droits étrangères; (des normes de droits étrangèèèères, comme quoi par exemple?! La largeur des meubles de cuisines standards?)
  • par lesquels la Suisse accepte de se soumettre à une juridiction internationale; (ça!..)
  • qui entraîne une dépense unique de plus de un milliard de francs ou des dépenses récurentes de plus de 100 millions de francs par an. (Et ça, ça vise ce qui est décrit dans l’article du 31 mai 2012: Freysinger pris en flagrant délit de mensonge. Mauvais perdants, va!)

Au Conseil National et au Conseil Fédéral de savoir ce qui est important ou non. Mais cela risque fort d’augmenter le nombre de scrutins fédéraux trimestriels auxquels on ne va rien y comprendre et ceci soumis à double-majorité, donc, —> une croissance d’absentéisme = bénéf pour les membres actifs de l’ASIN, de l’UDC et des mini-cantons réacs allergiques à tout ce qui peut être étranger, (sauf les produits bon marché!) En effet, quel est le péquin qui va avoir envie de se retrouver avec des enveloppes un peu plus lourdes, avec un cahier des charges plus important et plus technique qui va très vite le faire chier! Sans compter le surcoût des futures multiples campagnes payées par des mécènes et …les con-tribuables!

«Trop de démocratie tue la démocratie!» Et la douce et bucolique Helvétie, si cette initiative est acceptée, risque fort de devenir une Confédération dirigée par les forces d’extrêmes-Droites populistes.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s