La Révolution de la Nature contre Monsanto…et toc!


 

Les grands utilisateurs céréaliers américains d’OGM sont confrontés à un gros problème, celui de leurs champs de maïs, de coton, de soja ou de colza qui sont envahis de mauvaises herbes. Pourtant, ces agriculteurs utilisent généralement l’OGM «Roundup», c’est-à-dire le fameux glyphosate sensé tuer tout sur qui se trouve sur son passage. Dès lors, le « Roundup ready» est balancé à tour de bras pour donner ainsi de toutes belles céréales toutes propres. Or il semblerait que les OGM se retrouvent avec une sérieuse épine dans le terreau, celle des mauvaises herbes.

«Pourquoi?!», se demande-t-on naïvement.

Et la réponse fuse toute faite: «ça ne marche plus!»

«Et pourquoi cela ne fonctionnerait-il plus, hein?!»

Ben c’est tout con, mais ces herbicides (N-(phosphonométhyl)glycine, C3H8NO5P) utilisés en surdose ont agi comme des antibiotiques contre lesquels Dame Nature a appris à résister. Ainsi, chaque année, de nouvelles plantes sauvages développent des résistances au glyphosate, et l’une des plus fameuses de ces plantes sauvages porte bien son nom: «La Marante!». Une plante au sens de l’humour fort peu apprécié, mais qui n’en a cure et pousse très vite, infestant près de 80% des champs de coton OGM Etats-Uniens. Autrement dit, les belles promesses des céréaliers OGM aux Etats-Unis s’envolent comme les feuilles mortes en automne, non, je n’ai rien oublié. Et cette résistance aux herbicides pose un autre problèmo, celui d’avoir des conséquences graves dans les cultures non-OGM sur lesquelles est déversé aussi un chouya de «Roundup» et ceci…pour lutter contre les mauvaises herbes, pardi!

Et de respecter une minute de silence pour tout(es) celles et ceux qui ont eu affaire aux mauvaises herbes! Et de profiter de cette minute pour se pencher sur «La Marante» ou Amaranthus, du grec ancien « αμάρανθος » , formé du privatif a-, «sans» et de maranthos, «qui se fane», donc qui ne se fane pas et est ainsi le symbole de l’immortalité par excellence.

En attendant, Monsanto, concepteur de ces céréales OGM, propose de fournir à ses clients un deuxième herbicide gratuitement et alors là, c’est la fuite en avant puisque Dame Nature vient de prouver par A+B qu’elle nous prend pour des cons et qu’elle va continuer à élaborer son petit attirail de plantes, ou d’insectes, ou de champignons résistants à la connerie des spécialistes ès OGM!

En Afrique, c’est le Burkina Fasso qui va réduire son taux de coton OGM de 60 à 30% pour la saison prochaine. Ceci parce que les 3 premières campagnes expérimentales de coton d’été OGM, n’ont pas répondu aux promesses attendues. Alors que Monsanto annonçait des rendements de 30% supérieurs à la normale, ces derniers ont été légèrement…inférieurs à la normale. En plus, la qualité des fibres de coton d’été OGM est moins bonne que celle du coton cultivé traditionnellement. Résultat des courses, toute la récolte a été déclassée alors que d’habitude, elle fait partie du haut de gamme, ou au pire du moyen de gamme. Mais là, c’est la cata, c’est carrément du bas de gamme! Dire qu’il n’y a pas de miracle avec le coton du Burkina Fasso est un doux euphémisme.

Les explications classiques de la firme Monsanto: «Ce sont ces cons d’agriculteurs du Burkina qui ne savent pas s’y prendre. Ce qu’il faut, c’est mieux encadrer ces benêts de paysans africains». La suite ne dit pas si Monsanto va envoyer un de ses spécialistes gratos sur place pour former les idiots du village…

Copyright coloriage GeneGhys

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s