Le conflit des Asturies, Espagne, mais késako encore?


Les Asturies, ou Principauté des Asturies, est une région autonome au nord de l’Espagne, comme montré sur la carte ci-joint.

Carte, siouplè!

Merci!

Les villes principales sont Gijòn, Oviedo, Siero et Langreo. Pourquoi parler de ces communes, c’est qu’il existe un conflit dont on entend peu parler et pourtant les affrontements entre mineurs des mines de charbon et les forces de la Gardia civile sont de plus en plus violents.

Pourquoi les grévistes montent-ils aux barricades?! C’est que la restructuration des mines de charbons espagnoles dure depuis 20 ans, mais une petite quarantaine permet de faire vivre près de 8’000 mineurs et une économie parallèle qui elle, fait vivre 20’000 à 30’000 habitants de la région. Certes, il fusse prévu que les mines non rentables soient fermées d’ici 2018. Mais parmi les multiples plans d’austérité instaurés par le Gouvernement Rajoy pour retrouver un peu de crédibilité auprès de ses partenaires européens, il en est un qui annonce une réduction de l’aide publique de 63% dans le secteur minier en ce joli mois de mai 2012, soit une subvention de 111 millions d’euros en lieu et place des 301 millions en 2011. Ce qui mit le feu aux poudres et des mouvements de grève musclés apparurent.

Image, siouplè!

Mineurs s’exerçant au lance-patates.

 

Les conflits s’intensifient, mais Rajoy ne plie pas…et les mineurs non plus. Ces derniers bloquent certains même certains axes en incendiant de vieux pneus, ce qui n’est pas bon pour la couche d’ozone et les particules fines, d’où le port de la cagoule! Et c’est pas tout, c’est que ce 5 juin 2012, c’est une gamine de 5ans qui se ramasse une balle en caoutchouc, munition réservée aux forces de police, et ce, en pleine poire. C’en est trop pour que la petite victime devienne le symbole de l’oppression monarchique. 

Image, siouplè!

Gros titres des journaux

 

«Delegaciòn afirma que la pelota que hiriò a la niña presentaba marcas que hacen «presuponer que pudo ser reutilizada por los alborotadores» En français: «La délégation a dit que la balle qui a frappé la jeune fille a montré des signes que ladite délégation assume que les émeutiers pourront la réutiliser avec leur mortier de pacotille» (et non: «la délégation affirme que la pelote qui irrita la petite fille est supposée venir des mines réutilisables pour les albatros»)

Toujours est-il que deux colonnes de mineurs sont parties le 22 juin 2012, l’une de Castille, de Leon et des Asturies, l’autre d’Aragon, partie nord-est de l’Espagne. Elles doivent arriver à Madrid aujourd’hui à Madrid pour dire deux mots au Gouvernement espagnol qui, pour sûr, voudra bien les écouter mais ne bougera pas le petit doigt. Cet événement est prévu pour le mercredi 11 juillet car ces centaines de miniers auront quand même parcouru 500 km à pied, ce qui fait une sacrée trotte. Laissons-les se reposer et attendons patiemment ce qui va se passer lors de cette agape à laquelle nous apportons tout notre soutien!

 

 

 

 

Publicités

Le conflit au Mali: mais qui sont donc les Touaregs?!


 

Les Touaregs sont des Berbères qui zonent dans l’Afrique du Nord depuis la préhistoire. Et oui, ce ne sont pas des arrivistes, loin s’en faut et on les surnommait «les Seigneurs du désert» ou encore les «hommes bleus» à cause de leurs vêtements de cette fameuse couleur Indigo dont les teinturiers d’Alep, une région où il y a le merdier actuellement parait-il (encore un hoax, pense-je), ont ou avaient encore le secret.

Contrairement à celle qui rédige ce texte d’une haute qualité, les Touaregs privilégient les zones où les températures atteignent 50°C fastoche en été, pour redescendre sous les 0°C en hiver. Ce sont donc un peuple de Nomades qui se déplacent dans toute une région qui comprend une partie de l’Algérie, de la Mauritanie, du Mali, du Niger, de la Lybie et du Burkina Faso, et ce, depuis la nuit des temps, bien bien avant que les colons décident de découper l’Afrique du Nord dès 1905. Donc, ils existaient bien avant que l’Algérie s’appelle l’Algérie, la Mauritanie…la Mauritanie, etc… et bien avant l’arrivée d’obédiences religieuses. Dans les faits, les Touaregs étaient des laïcs avant l’heure avant de devenir des musulmans monogames et soft, ce qui ne les empêchent pas de croire aux mauvais génies du désert! Ils vivaient de leur bétail et du commerce des esclaves, commerce qui s’éteint vers les années 1900, sôf erreur, à l’heure de la colonisation. Enfin…qui s’éteint….disons qu’ils perdent ce type de monopole dans cette partie du monde.

Comme ils se sont cassés à creuser des puits de plus de 60 mètres de profondeur pour trouver de l’eau pour leurs chameaux et leurs chèvres, ils naviguent dans le désert de leurs ouvrages en ouvrages et de pâturage en pâturage. Ils sont ainsi près de 1,3 millions divisés en tribus dont le chef est élu démocratiquement. D’ailleurs, un fameux proverbe touareg dit ceci: «La femme est la ceinture du pantalon. Sans la femme, l’homme est nu». Une belle éloge à la femme si cette dernière n’est pas suffoquée d’être comparée à une ceinture de pantalon. Mais ne dit-on pas chez nous que c’est: «La femme qui porte la culotte»? Comme quoi…

C’est en 1974 que l’Algérie interdit le commerce des Touaregs, suivie par le Mali et le Niger. Chassés par ces pays, ils se réfugient au Soudan et en Mauritanie pour s’installer dans des bidonvilles et devenir des chômeurs. Autant dire que la fierté de ces Seigneurs est salement touchée…et celle des ceintures de pantalons aussi.

Ceci pour la petite histoire succincte des Touaregs, du conflit qui touche le Nord du Mali et qui commence à déborder dans les autres pays alentour.

Si ce n’est pas le premier conflit qui existe dans le Nord entre Maliens et Touaregs, et en cela voir la chronologie des événements sur ce site, d’autres Touaregs trouvent refuge dans les pays voisins tels que l’Algérie et la Lybie, puis reviennent pour retrouver leur légitimité et ce, fortement armés et appuyés par une force obscure, l’AQMI, une branche d’Al-Qaïda maghrebin islamique. (Al-Qaïda qui, rappelons-le, est le nom américain donné à une bande de terroristes qui auraient flingué les deux tours de Manhattan sous l’ère Bush Jr.)

Seulement voilà, une fois les trois grandes villes du Nord du Mali sous le contrôle de l’ACMI, dont Tombouctou qui est le berceau de l’Islam, le vrai, les rebelles touaregs sont priés de quitter les lieux et de les laisser aux mains des islamistes qui ne plaisantent pas et imposent la charia à la mode 2000, c’est-à-dire intégriste et obscurantiste.

Les Touaregs se retrouvent donc au point zéro et ne leur reste qu’à s’exiler dans les pays avoisinants qui les acceptent malgré une pénurie de nourriture qui frappe toute la région nord-africaine. Abattus et entubés de surcroît, ces Touaregs montrent qu’il existe un sérieux problème dans cette partie du monde et qu’il serait bon de s’y intéresser la moindre avant que le conflit s’étende, ce qui ne va pas tarder selon les dires des exilés du Mali reconquis et reperdu.

Si il est vrai que la Syrie est dans une situation catastrophique, que la finale de l’eurofoot mettra nez-à-nez Espagne et Italie et que le Tour de France est plus important aux yeux de beaucoup, que la crise actuelle interpelle les affairistes mondiaux et le cour de la bourse va indiquer si on va pouvoir continuer à vivre normalement ou se priver, il existe un conflit dont on parle mais dont on s’en tape et dont on ne mesure pas encore l’ampleur. Combien de temps faudra-t-il pour que les puissances mondiales affrètent des avions pour amener au moins des cargaisons de nourriture à celles et ceux qui combattent l’AQMI ?

 

 

 

ATOMKRAFT: EMBALLER C’EST PESER !


By Nosotros.incontrolados

 

J’ai relevé ceci dans la news letter du « Réseau pour sortir du nucléaire »

Une belle et longue brochette de cartes postales…heu…non: de cartes géographiques pointant les accidents et autres dysfonctionnements survenus dans les centrales nucléaires partout dans le monde depuis Fukushima

( Il nous en est indiqué pas moins de 84…Mais sont-ils bien tous là?)

Lecture édifiante prenant un peu sur le temps de nos occupations quotidiennes…Il va de soi que ce n’est pas pour mettre chacun dans un état d’euphorie déjà proche de « zéro » au saut du lit…Toutefois, dans une certaine mesure cela vous permettra de rafraichir vos connaissances  en géographie au cas où vous auriez raté le Bac cette année ou encore il y a trente ans, de choisir avec un discernement pessimiste le pays de vos prochaines villégiatures, voir des « rassemblements protestataires hight-thec »  et de pouvoir le localiser sur une mappemonde avant d’effectuer vos réservations dans le SOFITEL  « bobo » du coin….Et, si vous postulez pour une mandature quelconque à quoi que ce soit, d’avoir préalablement consulté avec une attention soutenue les CV du personnel…

On ne sait jamais.

 

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Nucleaire-des-accidents-partout


Rien que dans l’hexagone,

si on ne stoppe qu’une centrale à chaque quinquennat,
on est pas sortis de la merde…

 

Alors? Hein? elle est pas belle la vie?

Youp-là boum!!!

 

SOFITEL DE TECHERNOBYL

Steph.

http://nosotros.incontrolados.over-blog.com

Armistice (Flavien Moreau) Reliefs d’une paix pourrie…


Piqué sur le blog de Nosotros Incontrolados le 12 novembre 2011

Voilà un dessin que j’ai déjà posté sur ce site, mais que j’ai mis en couleur pour la sortie du dernier numéro du journal « Le Bateau Ivre » (journal belge « jovial, crédule, saugrenu mais outrcuidant ») ce 11 nov., jour de l’armistice de 14-18.

‎ »La guerre de 14-18 avait fait un civil tué pour dix militaires. La guerre de 39-40, un civil pour un militaire. Le Viêt Nam, cent civils pour un militaire. Pour la prochaine, les militaires seront les seuls survivants. Engagez-vous! »
– Coluche –

‎ »Oui, j’ai fait la guerre de Cent Ans, me disait l’honorable vieux monsieur. J’avoue que cela ne m’a pas intéressé. »
– Erik Satie –

Par flavien

A retrouver sur le groupe: Le dessin politique sur FAICMFSF / Forum: Les dessins de Flavien Moreau