Le conflit des Asturies, Espagne, mais késako encore?


Les Asturies, ou Principauté des Asturies, est une région autonome au nord de l’Espagne, comme montré sur la carte ci-joint.

Carte, siouplè!

Merci!

Les villes principales sont Gijòn, Oviedo, Siero et Langreo. Pourquoi parler de ces communes, c’est qu’il existe un conflit dont on entend peu parler et pourtant les affrontements entre mineurs des mines de charbon et les forces de la Gardia civile sont de plus en plus violents.

Pourquoi les grévistes montent-ils aux barricades?! C’est que la restructuration des mines de charbons espagnoles dure depuis 20 ans, mais une petite quarantaine permet de faire vivre près de 8’000 mineurs et une économie parallèle qui elle, fait vivre 20’000 à 30’000 habitants de la région. Certes, il fusse prévu que les mines non rentables soient fermées d’ici 2018. Mais parmi les multiples plans d’austérité instaurés par le Gouvernement Rajoy pour retrouver un peu de crédibilité auprès de ses partenaires européens, il en est un qui annonce une réduction de l’aide publique de 63% dans le secteur minier en ce joli mois de mai 2012, soit une subvention de 111 millions d’euros en lieu et place des 301 millions en 2011. Ce qui mit le feu aux poudres et des mouvements de grève musclés apparurent.

Image, siouplè!

Mineurs s’exerçant au lance-patates.

 

Les conflits s’intensifient, mais Rajoy ne plie pas…et les mineurs non plus. Ces derniers bloquent certains même certains axes en incendiant de vieux pneus, ce qui n’est pas bon pour la couche d’ozone et les particules fines, d’où le port de la cagoule! Et c’est pas tout, c’est que ce 5 juin 2012, c’est une gamine de 5ans qui se ramasse une balle en caoutchouc, munition réservée aux forces de police, et ce, en pleine poire. C’en est trop pour que la petite victime devienne le symbole de l’oppression monarchique. 

Image, siouplè!

Gros titres des journaux

 

«Delegaciòn afirma que la pelota que hiriò a la niña presentaba marcas que hacen «presuponer que pudo ser reutilizada por los alborotadores» En français: «La délégation a dit que la balle qui a frappé la jeune fille a montré des signes que ladite délégation assume que les émeutiers pourront la réutiliser avec leur mortier de pacotille» (et non: «la délégation affirme que la pelote qui irrita la petite fille est supposée venir des mines réutilisables pour les albatros»)

Toujours est-il que deux colonnes de mineurs sont parties le 22 juin 2012, l’une de Castille, de Leon et des Asturies, l’autre d’Aragon, partie nord-est de l’Espagne. Elles doivent arriver à Madrid aujourd’hui à Madrid pour dire deux mots au Gouvernement espagnol qui, pour sûr, voudra bien les écouter mais ne bougera pas le petit doigt. Cet événement est prévu pour le mercredi 11 juillet car ces centaines de miniers auront quand même parcouru 500 km à pied, ce qui fait une sacrée trotte. Laissons-les se reposer et attendons patiemment ce qui va se passer lors de cette agape à laquelle nous apportons tout notre soutien!

 

 

 

 

Publicités

Espagne: après le personnel des aéroports, ce sont les footballeurs qui font grève…


Publié le 23 août 2011

Et on ne peut que saluer cette initiative prise par ces joueurs qui courent après une balle pendant une heure et demie, sous un soleil de plomb et qui ne sont finalement que très peu payés dus aux efforts qu’ils doivent fournir pour distraire une masse populaire qui a payé son ticket le lard du chat.

Les joueurs de football hispaniques ont donc décidé de reconduire leur grève pour le 27 et 28 août prochains.

«Pero il faut que bous comprendes el principal problèmo reste el salaires noun bersés aux joueurs. Io comprendo qué les gens beuillent boir du football, pero il faut d’abord penser aux footballeurs qui sont en train de très très mal bivre el situation. No oubliares qué el crisos esta la même por tout el mondo», a insisté Luis Gil.

Il est vrai que les footballeurs non-payés réclament leurs salaires, une pacotille de 53 millions d’euros pour 200 d’entre eux. Ce qui nous fait un montant de (grognougnou, calculette) aloors: 53’000’000 divisés par 200 est égal ààààà: 265’000 euros par tête de pipe.

«Qué yé m’en fous! Que yo po ténir yousqu’au mois de mai si yo bo. Pero si el cloubo ne me paie pas dans 3 mois, qué yo me barre dans oun ostro cloubo, coronnès!» dit un joueur qui tient à rester dans l’anonymat.

«Qué mio, je rejoins el cloubo des Indignados, et toc!» dit un autre.

«Et mio, yo bé jouer en Suissa. Ils ne paient pas la même chose, pero el franco suissa esta maouss costo, et paf!» dit un joueur éclairé.

C’est que la dette des clubs ibériques a franchi la barre des 4 milliards d’euros!

Pas de doute. La crise a même entamé le secteur sportif. Il y a du souci à se faire!

 

 

 

Espagne: après le personnel des aéroports, ce sont les footballeurs qui font grève…



Et on ne peut que saluer cette initiative prise par ces joueurs qui courent après une balle pendant une heure et demie, sous un soleil de plomb et qui ne sont finalement que très peu payés dus aux efforts qu’ils doivent fournir pour distraire une masse populaire qui a payé son ticket le lard du chat.

Les joueurs de football hispaniques ont donc décidé de reconduire leur grève pour le 27 et 28 août prochains.

«Pero il faut que bous comprendes el principal problèmo reste el salaires noun bersés aux joueurs. Io comprendo qué les gens beuillent boir du football, pero il faut d’abord penser aux footballeurs qui sont en train de très très mal bivre el situation. No oubliares qué el crisos esta la même por tout el mondo», a insisté Luis Gil.

Il est vrai que les footballeurs non-payés réclament leurs salaires, une pacotille de 53 millions d’euros pour 200 d’entre eux. Ce qui nous fait un montant de (grognougnou, calculette) aloors: 53’000’000 divisés par 200 est égal ààààà: 265’000 euros par tête de pipe.

«Qué yé m’en fous! Que yo po ténir yousqu’au mois de mai si yo bo. Pero si el cloubo ne me paie pas dans 3 mois, qué yo me barre dans oun ostro cloubo, coronnès!» dit un joueur qui tient à rester dans l’anonymat.

«Qué mio, je rejoins el cloubo des Indignados, et toc!» dit un autre.

«Et mio, yo bé jouer en Suissa. Ils ne paient pas la même chose, pero el franco suissa esta maouss costo, et paf!» dit un joueur éclairé.

C’est que la dette des clubs ibériques a franchi la barre des 4 milliards d’euros!

Pas de doute. La crise a même entamé le secteur sportif. Il y a du souci à se faire!

 

 

 

Le VRE


Une bactérie du doux nom de VRE, entérocoque résistant aux antibiotiques et particulièrement à la vancomycine, sévit dans l’hôpital de Payerne, petite ville provinciale de la Broye, dans le Nord Vaudois, en Suisse, connue pour ses brandons en mars où fêtards s’en jettent dans le gosier.

Le problème est que ce VRE peut transmettre sa résistance à d’autres bactéries du genre staphylocoques dorés, de sales petites bébêtes, renforçant les risques d’infections nosocomiales, ce qui ne fait pas rire les médecins et, sur le plan international, chaque apparition de VRE entraîne des mesures drastiques.

Cette petite ville voit donc son hôpital de zone mis sous quarantaine et les patients contaminés ont été placés en isolement.

Or, une bactérie de même type sévit en Egypte, mais porte un autre nom: VRE Moubaracoque qui transmet sa résistance à sa policicoque staphylocokis dorés, bactéries particulièrement vicieuses qui s’attaquent non seulement au peuple de façon brutale, mais aussi aux journalistes, les poursuivant jusque dans leurs hôtels pour les poignarder.

Et pourquoi ces staphylocokis s’attaquent-ils aux journalistes? C’est que le journaliste est, en terme médical, un marqueur, c’est-à-dire que c’est celui qui va donner l’information pour que les antibiotiques soient mieux armés et puissent être aidés par une politique extérieure, que ce soit celle de l’ONU qui ne bouge pas, l’UE qui est incapable de parler d’une seule voix car elle n’y comprend rien et les USA qui ont tapé du poing sur la table.

On peut saluer les efforts de la France qui n’a pas envie de faire la même bourde que celle qu’elle a fait en Tunisie. Accompagnée en cela par l’Allemagne et l’Italie, manifestant leur désaccord du bout des lèvres.

Les antibiotiques ou antimoubarakis essaient, avec l’appui de l’armis, de déloger pourtant pacifiquement cet hôte indésirable qui tente certaines diversions pour semer le trouble. Cet hôte, le VRE, a ressorti, parade parmi d’autres, les théories du complot, cette fumeuse théorie développée par une autre maladie contractée en Europe lors de la période de l’Inquisition et qui rejette la faute sur les Juifs. Théorie qui va bientôt connaître son millénaire si la connerie humaine continue à sévir dans les cerveaux des crédules!

Bref. Il faut trouver le bon remède afin de soigner cette maladie qui fasse plus de bien que de mal et pour cela il faut éradiquer la source. Pour ce, les médecins ont besoin d’informations. Informations qui sont censurées physiquement par les policicoques staphylocokis dorés.

Quarantaine sur l’Egypte!

 

Moubarak, pas bô!


Ho(s)ni sois-tu, Moubarak la Honte!

Organiser ainsi, avec les forces de police que tu as pris au moins le soin de désarmer, mais à qui tu as donné montures et de quoi faire mal à ce que tu considères ton peuple, le tien propre au point tel que tu crois pouvoir en disposer à ta guise. Ce n’est pas digne d’un grand chef d’Etat!

C’est bas. Très bas!

Résultats des courses, plus de 800 blessés au bas mots et six morts.

Combien de cadavres te faudra-t-il pour t’arracher du fauteuil présidentiel qui ne t’appartient déjà plus!

Et des pro-toi qui acceptent de répondre aux journalistes: un pilote de l’armée de l’air et un croque-mort. Tu parles d’un choix!

Pour le pilote, on peut encore comprendre. Il y va de sa carrière, de son confort, des ses privilèges et j’en passe…

Mais un croque-mort!

Franchement! Est-ce se foutre des médias mondiaux qui se trouvent sur place et par eux, se rire de la face monde?!

Une armée qui ne sait pas quoi faire, sur qui ou qui tirer, ce qu’on peut comprendre aussi. Quoiqu’elle devrait quand même montrer une fois sur quel pied elle danse. Mais l’armée n’est-elle pas créée, en premier lieu, pour protéger sa population contre un ennemi de l’Etat? Ne devrait-elle pas, normalement, protéger ses citoyens?

Et de se poser la question pour la police, allons-y gaiement car là, il y a un grand problème qui se pose et ce, pour tout Etat ayant une police et une armée. Ces dernières sont quand même payées avec l’argent du peuple ou l’argent qui revient au peuple. Elles devraient donc honorer ses devoirs envers le contribuable.

Bon, avec 40% de gens qui vivent avec moins de deux euros par jours, (et euros actuels, je ne puis m’empêcher de préciser), ce ne sont pas certes ces pauvres qui paient leurs impôts. Restent 60% qui paient et parmi ces 60 %, il y a des anti-Moubarak. Des contribuables qui paient pour se ramasser un pavé ou un cocktail Molotov sur la poire!!

Mais c’est aussi une bonne leçon pour nous.

Il y a le cas de la Tunisie où l’armée a pris la défense du peuple et la police s’est assez rapidement désarmée. Bon point!

Et il y a ce cas égyptien où l’armée a d’abord pris la défense du peuple, mais se retire quand les forces de polices déferlent sur la foule provoquant un chaos où l’armée s’abstient de toute intervention. Pas bon point!

Qu’en serait-il chez nous?!

Sur qui la police ou l’armée tirera-t-elle?!

Pour ce qui est de la Suisse, pas de problème. Tous citoyens ayant fait son service militaire ont une arme qui croupit à côté de la planche à repasser et les munitions sont à l’arsenal. Soit à peu près 200’000 armes enregistrées et recensées. Quand on pense aux un à deux millions d’armes qui sont dans les foyers, sur une population de plus de 7 millions, il y a de quoi avoir des sueurs froides! La Suisse est le pays où la population est la plus armée au monde! Qui l’eut cru! D’où l’initiative du 13 février 2011 pour laquelle on devra aller voter. (Ce qui me fait penser que je dois mettre mon enveloppe dans la boîte postale.) (Et comme le vote est secret, je ne dévoilerais pas, ici, l’option que j’ai choisie!)

D’autant que les partisans se trouvent dans les milieux urbains et les opposants en milieu rural, les «pour» en Suisse romande (où il y a le plus d’étrangers), les «contre» en Suisse allemande (où il y a le moins d’étrangers), les «pour» chez les femmes (où il y a le plus de victimes), les «contre» chez les hommes (ceux qui font des victimes).

De plus, comme on a tellement de gens au Parlement que notre police ne doit pas à avoir faire de choix et se contente d’un service de proximité. Quant à nos agents, ils n’ont rien des Robocops qui déambulaient sur la Place de Barcelone à Tunis.

Certes, nous avons quand même des corps de police et d’armée assez intimidants que l’on peut apercevoir lors de manifestations comme le WEF ou autres sommets internationaux, mais je m’y perds…

Mais qu’en est-il des pays qui ont une démocratie avec un président?!

Dans quel camp ira l’armée ou la police en cas de soulèvement général d’une population fort mécontente??

A la radio, juste à l’instant, la journaliste relate que l’armée se positionne et prend enfin la défense des partisans. On est rassuré!

Et aux hôpitaux de panser les plaies de ceux qui sont pour la liberté et qui ont été fouettés comme des esclaves!

Honte à toi Ho(s)ni! Et maintenant, barre-toi!

 

L’Egypte


Voilà un sujet brûlant sur lequel je me suis très peu exprimée, seulement effleuré (dans l’article paru le 28 janvier 2011, Quel Projet? ) et seulement par le biais du statut des femmes.

Or, peut-on parler de tout et faire semblant qu’il ne se passe rien dans cette région du monde?

Que nenni! Donc je vais aborder le sujet sur la pointe des pieds car je dois avouer ne pas trop savoir que penser. Et je ne suis pas la seule!

C’est pourquoi je vais m’avancer masquée, dans le dédale du gouvernement qui ne sait plus que faire, d’une armée qui ne sait plus sur quel pied danser, des experts invités plus nombreux sur les plateaux TV ceci afin de prolonger des discussions, lors desquelles on n’apprend rien, et des autres pays qui ne savent pas si ils doivent saluer le peuple qui crie famine ou Moubarak qui protège l’Occident des «Frères Musulmans». Lesdits «Frères Musulmans» qui ont envoyé un porte-parole qui ne nous apprend rien de plus et qui serine le même verset à chaque question du journaliste.

Avec toutes ces informations (ou non-informations), on comprend qu’on nage dans la panade et il ne reste plus qu’à déchirer son billet d’avion si on a prévu d’y passer ses relâches de février. Les pays rapatrient en masse leurs touristes pris dans le piège de cette manifestation, alors ce n’est pas pour aller chercher ceux qui vont se lancer dans l’aventure demain!

Perso, je prends toujours l’assurance annulation quand je prends un billet d’avion. Non que j’aille dans des pays à risques, mais un incident peut si vite arriver. On se souviendra certainement de nuage islandais, du doux nom de: sjdbyvbafbvhydbvfavb, qui a choisi la veille de mon départ de vacances pour…mais on s’en fout, c’est du passé et c’est oublié!

Je fais du remplissage, me dira-t-on sournoisement. Que re-nenni! J’explique la situation en Egypte et la sécurité dont on doit faire preuve ces temps-ci si on compte s’y rendre. Je reviens donc à cette situation inextricable qui se déroule aux pieds des pyramides.

Qui est Moubarak? Mohammed Hosni Moubarak est un grand militaire qui a pris la présidence de l’Egypte en 1981, pays démocratique à parti unique où Hosni a toujours été réélu à plus de 80% des voix. C’est un ami des USA et «d’Israël» entre guillemets. Il est un garant de la paix au Moyen-Orient moyennant finances américaines. Hosni, ou son gouvernement, est soupçonné de «corruption».

Qui est Omar Souleiman? Le lieutenant général Omar Souleiman est un militaire de carrière intègre, principal soutien de Moubarak, qui dirige les services de renseignements et qui vient d’être nommé vice-président. Visiblement, son élection à sa nouvelle fonction n’atténue pas la colère de la foule.

Qui est Ahmad Chafic? Général Ahmad Chafic est le ministre de l’aviation, ancien pilote qui a servi sous le commandement en chef de l’armée de l’air du nom d’Hosni M.. Ahmad a réussi à transformer Egypt Air en une puissante holding qui réalise des bénéfices jusqu’à aujourd’hui. En effet, cela doit faire quelques jours que la compagnie ne doit pas faire d’affaires, à moins que les futurs touristes aient pris une assurance annulation. Intègre, il est nommé premier ministre mais visiblement, le peuple n’en a cure.

Qui est Mohamed El Baradei? Mohamed El Baradei a fait plein de choses avant d’être directeur général de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) qu’il quittât en 2009 et reçut le prix Nobel de la paix en 2005. Mohamed est rentré au pays après 30 ans d’exil, dans l’espoir de participer aux éventuelles futures élections ou de faire partie du gouvernement de transition. Une possibilité pour les Egyptiens?

Qui sont les «Frères Musulmans»? Ben, on ne sait pas vraiment. La seule chose qu’on sait, c’est que ce sont les principaux opposants du régime actuel et profite de cette nouvelle liberté pour faire du prosélytisme. Bien qu’ils se soient rachetés une bonne conduite, ont fait de hautes écoles et adopté la mode vestimentaire occidentale, qu’ils se disent plus proches des islamistes marocains, ils ont toujours quelques problèmes avec les femmes. D’où le doute qui s’installe chez les sociologues, les politologues, les journalistes et…les femmes!

Qui sont les manifestants? Les manifestants, (chez nous les «gauchistes»), sont, en premier, des gens qui crèvent la dalle et on peut les comprendre, 40% ne touchant même pas 2 euros (actuels) par jour. Puis se sont ralliés les opportunistes de tous poils et les opposants au régime, entendez par là, les «Frères Musulmans» .

Voilà! Ça, ce sont pour les choses dont on est plus ou moins sûrs. Maintenant, il faut se projeter dans le futur pour voir comment ce seront déroulés les événements parce que pour le moment, la situation change toutes les heures.

Quand aux informations toutes aussi instructives sur l’Egypte, on peut se brancher sur les canaux chinois où l’on peut voir ça >>

J’aurai dû faire un billet sur Sarah Palin!!

Il ne faut quand même pas pousser!!


Et celui qui me dit que je suis une sale gauchiste communiste soixante-huitarde révise son jugement, car cet article, je le ponds en faveurs des fils à papa!

 

Pour cela, je reviens sur des événements récents qui se sont passés en Espagne et dont peut-être, nous n’en avons pas vraiment saisi la valeur symbolique. Je parle du débrayage inopiné des contrôleurs aériens espagnols qui ont eu lieu les premiers jours de décembre 2010.

 

Or, pour celui qui n’a pas travaillé dans une tour de contrôle d’un aéroport, ce qui est mon cas, nous ne pouvons pas saisir la quantité de stress que la pagaille aérienne fait subir aux systèmes neurologiques de ceux qui sont à terre et qui font tout pour que les avions ne se percutent pas. D’où la grève surprise d’ailleurs; résultat réussi: aucun accident d’avion signalé pendant cette période de «mini-putsch» de ces travailleurs de l’ombre qui ont en ras le bol qu’on les prennent pour des manches! (Surtout par les méchants gauchistes espagnols)!

 

Ces 2400 employés espagnols ont donc cessé de travailler un jour d’affluence et pensent reprendre ce genre de manifestation revendicatrice la période de Noël! C’est pourquoi il faut les comprendre et compatir.

 

En effet, chacun sait que l’Espagne doit mettre un plan financier rigoureux face à la crise qui submerge un peu tous les pays du monde, mais qui est un peu moins ressentie dans les pays pauvres qui deviennent encore plus pauvres, mais eux, ils connaissent la chanson, pas nous! Enfin, nous…

 

Bref. Ces pauvres contrôleurs aériens espagnols, qui se filent le boulot à coups de piston, gagnent 600’000 euros annuellement…et par personne. Plus que six fois plus que Zapatero qui lui, gagne 91’000 euros par année, ceci pour aller se balader, serrer quelques pognes et discuter de certaines réformes. Donc, bien payé par rapport à ces aiguilleurs du ciel qui se font quand même 1’600 heures de travail annuel!

 

Un contrôleur aérien espagnol gagne donc 375 euros de l’heure. Une paille pour le stress vécu devant son écran de contrôle. Il est donc tout-à-fait légitime, pour ces gens, de revendiquer par avance, le fait qu’on ne touche pas à leur salaire dûment mérité et auquel ils se sont habitués!

 

L’adage: «On ne fait pas de petites économies» tombe sous le sens!

 

Reprise aérien normale >>