Le conflit des Asturies, Espagne, mais késako encore?


Les Asturies, ou Principauté des Asturies, est une région autonome au nord de l’Espagne, comme montré sur la carte ci-joint.

Carte, siouplè!

Merci!

Les villes principales sont Gijòn, Oviedo, Siero et Langreo. Pourquoi parler de ces communes, c’est qu’il existe un conflit dont on entend peu parler et pourtant les affrontements entre mineurs des mines de charbon et les forces de la Gardia civile sont de plus en plus violents.

Pourquoi les grévistes montent-ils aux barricades?! C’est que la restructuration des mines de charbons espagnoles dure depuis 20 ans, mais une petite quarantaine permet de faire vivre près de 8’000 mineurs et une économie parallèle qui elle, fait vivre 20’000 à 30’000 habitants de la région. Certes, il fusse prévu que les mines non rentables soient fermées d’ici 2018. Mais parmi les multiples plans d’austérité instaurés par le Gouvernement Rajoy pour retrouver un peu de crédibilité auprès de ses partenaires européens, il en est un qui annonce une réduction de l’aide publique de 63% dans le secteur minier en ce joli mois de mai 2012, soit une subvention de 111 millions d’euros en lieu et place des 301 millions en 2011. Ce qui mit le feu aux poudres et des mouvements de grève musclés apparurent.

Image, siouplè!

Mineurs s’exerçant au lance-patates.

 

Les conflits s’intensifient, mais Rajoy ne plie pas…et les mineurs non plus. Ces derniers bloquent certains même certains axes en incendiant de vieux pneus, ce qui n’est pas bon pour la couche d’ozone et les particules fines, d’où le port de la cagoule! Et c’est pas tout, c’est que ce 5 juin 2012, c’est une gamine de 5ans qui se ramasse une balle en caoutchouc, munition réservée aux forces de police, et ce, en pleine poire. C’en est trop pour que la petite victime devienne le symbole de l’oppression monarchique. 

Image, siouplè!

Gros titres des journaux

 

«Delegaciòn afirma que la pelota que hiriò a la niña presentaba marcas que hacen «presuponer que pudo ser reutilizada por los alborotadores» En français: «La délégation a dit que la balle qui a frappé la jeune fille a montré des signes que ladite délégation assume que les émeutiers pourront la réutiliser avec leur mortier de pacotille» (et non: «la délégation affirme que la pelote qui irrita la petite fille est supposée venir des mines réutilisables pour les albatros»)

Toujours est-il que deux colonnes de mineurs sont parties le 22 juin 2012, l’une de Castille, de Leon et des Asturies, l’autre d’Aragon, partie nord-est de l’Espagne. Elles doivent arriver à Madrid aujourd’hui à Madrid pour dire deux mots au Gouvernement espagnol qui, pour sûr, voudra bien les écouter mais ne bougera pas le petit doigt. Cet événement est prévu pour le mercredi 11 juillet car ces centaines de miniers auront quand même parcouru 500 km à pied, ce qui fait une sacrée trotte. Laissons-les se reposer et attendons patiemment ce qui va se passer lors de cette agape à laquelle nous apportons tout notre soutien!

 

 

 

 

Publicités

ACTA mort, INDECT arrive…i-Thunes nique les Suisses


 

On ne peut que féliciter le vote des eurodéputés contre le traité d’anti-contrefaçon, ACTA de son petit nom, ceci avec un score absolu de 478 députés contre 39 pro-ACTA et 165 abstentions.

De mettre la petite photo du groupe qui fait tcheeze, ce qui nous ravit.

 

PHOTO DE FAMILLE

 

 

Ce qui ne veut pas dire que la propriété intellectuelle sur le net ne va pas être réglementée. Les politicards vont bien trouver autre chose pour régenter tout cela mais espérons, de façon plus intelligente. Comme des petites hausses mensuelles pour les droits d’auteurs ponctionnées sur les abonnements des télécommunications, comme cela se fait déjà en Suisse.

La Suisse, justement, qui se fait harceler par les USA pour que la Confédération lutte contre le téléchargement illégal. C’est l’hôpital qui se fout de la charité quand on observe qu’i-thunes, la célèbre plate-forme d’Apple demande à l’Helvéticus modernicus 25% de plus que ses voisins européens. Ce qui fait penser, quand on regarde les Allemands, que les Suisses sont devenus les vaches à traire du monde occidental et qu’on va chercher l’argent là où il est. Seulement voilà, si l’économie du pays roule, mes boules, cela ne veut pas dire que chaque Helvète possède une banque et une Rolex au poignet. Cessons de nous lamenter et regardons en bref la façon de procéder d’Apple, même par rapport à nos chers voisins. (Pour plus d’infos)

PETIT SCHEMA

 

En clair, le chanteur et la maison de disque gagne 8 balles par albums que ce soit dans l’UE où en CH (Confédération Helvétique, pour les intimes). Le reste tombe dans l’escarcelle d’Apple, sans qu’aucun droit d’auteur soit redistribué à l’artiste! Cela montre bien l’esprit rapiat de cette secte informatique et la soumission de leurs adeptes qui ne jurent que par cette marque exposée à tout va, que ce soit dans les pubs, les films, etc…

Mais revenons à ACTA enterré pas très définitivement! Car ce qui est gentiment mis en place est une surveillance internet nommée:

Projet INDECT : VIDEO

Et oui….il faut à nouveau se mobiliser…on ne nous foutera jamais la paix…et ce projet est financé de façon ou d’une autre, par nous, simple utilisateur.

PFFFF!

Les ébats des Viktor de l’Est


 

Hongrie :

 

C’est au premier ministre hongrois Viktor Orban, parti de la Droite Dure Fidesz qui, après avoir pris le contrôle total de la presse afin de mieux la museler, réhabilite des anciens nazis et réinstaure de culte de Miklòs Horthy, cela même dans les programmes scolaires.

Mais qui est ce Miklòs Horthy?, demandent déjà les grands naif(ve)s qui se sont abstenus des cours d’histoire pour aller tirer un joint derrière la façade principale du collège, à l’abri de tous visus. Miklòs ou, Mimi pour les intimes, fut un amiral de la flotte austro-hongroise lors de la 1ère guerre mondiale, celle qui a eu lieu de 1914 à 1918. C’est un aristocrate nationaliste qui en a une sèche contre les communistes et contre les juifs qu’il envoie en enfer. 1919, il devient le Régent de la Hongrie et instaure un régime autoritaire, avec ses lois antisémites, anti-communistes, anti-franc-maçonnistes. l s’inscrit ainsi dans l’air du temps avec les partis des différents pays comme l’Italie et l’Allemagne qui se réarme tranquillos. Puis commence la seconde guerre mondiale, celle de 1939-1945 et la Hongrie bénéficie du soutien des ses amis pour intégrer «l’Axe» (pas celui de Bush Jr, un plagiat celui-là!) jusqu’au jour en fin 1941 où un premier massacre de juifs commis par les forces SS fait 20’000 victimes sur sol hongrois. Ce qui n’est pas du goût de Mimi qui négocie dans l’ombre avec les forces anglo-américaines dès 1942 à Istanbul. C’est aussi pourquoi Horty perd un peu de son pouvoir au profit d’un certain Döme SztòJay qui a moins de scrupules et obéit plus facilement aux ordres des SS. 1944, c’est la Roumanie qui déclare la guerre à la Hongrie et à l’Allemagne. Et hop, elle ouvre ses frontières aux armées rouges venant de l’Est. Horty, arrêté par les Américains en 1945 en Bavière, ne sera pas jugé en tant que criminel de guerre et vivra au Portugal jusqu’à l’âge de 89 ans. Un Portugal où il y sera bien, puisque le «dictateur» de ce pays, Oliveira Salazar, le préservera de ceux qu’il n’aime pas.

 

Roumanie :

 

Le premier ministre Victor Ponta, Gauche très à gauche, est accusé d’avoir plagié sa thèse de doctorat. «C’est parce que j’ai oublié de mettre les guillemets dans les passages précités» se défend-il pour expliquer que la moitié de sa rédaction n’est autre que du copié-collé. Cela ne nous surprend qu’à moitié puisque le plagiat est instauré depuis l’époque Ceausescu, tout comme les mesures antidémocratiques réinstaurées dans ce pays. Les personnes qualifiées sont démises de leurs fonctions, comme le directeur des Archives nationales, puis limogeage de la direction de la télévision publique, et les Roumains attendent le sort des dirigeants des institutions culturelles et artistiques roumaines. Une «épuration minable», aux dire du réalisateur Cristian Mungiu qui a été récompensé à Cannes, cette année encore.

Mais qui est donc Ceausescu?, demandent déjà les mêmes grands naif(ve)s qui se sont abstenus des cours d’histoire pour aller tirer un joint derrière la façade principale du collège, à l’abri de tous visus.

Nicolae Ceausescu a été le principal dirigeant de la Roumanie de 1965 à 1989, lors de la révolution qui abattit le «Mur de Berlin, tout un symbole», Il fut surnommé «Ninique» par sa femme Elena bardée de diplômes tous aussi fictifs les uns que les autres, mais aussi «le Conducàtor», «le Génie des Carpates» ou «le Danube de la pensée», c’est pour tout dire…et surtout écrire n’importe quoi! Fils de cordonniers, «le Danube de la pensée» grimpa les échelons jusqu’à devenir le premier homme du pays en 1965 où il fut très populaire dans les milieux de Gôche et très bien vu par le Kremlin, jusqu’au jour où il condamna l’invasion de la Tchécoslovaquie, ce qui lui donnera bonne figure à l’Ouest. Tout cela lui monta à la tête et il instaura le «culte de la personnalité», maladie connue par tous les dictateurs, qu’ils soient de Gôche ou de Droâte. Et que tout le monde autour du couple se voit affligé de titres universitaires et honorifiques, avec privilèges à la clé. S’en suivirent les dérives de tous cultes de personnalité qui provoquent la chute de ces régimes autocratiques. Le couple Ceausescu se verra fusillé le 25 décembre 1989 (un Noël en plus) après un procès record de 55 minutes. Une heure en tout, procès, descente dans la cour et fusillade inclus. L’heure des forfaits avait commencé…

 

 

 

Le conflit au Mali: mais qui sont donc les Touaregs?!


 

Les Touaregs sont des Berbères qui zonent dans l’Afrique du Nord depuis la préhistoire. Et oui, ce ne sont pas des arrivistes, loin s’en faut et on les surnommait «les Seigneurs du désert» ou encore les «hommes bleus» à cause de leurs vêtements de cette fameuse couleur Indigo dont les teinturiers d’Alep, une région où il y a le merdier actuellement parait-il (encore un hoax, pense-je), ont ou avaient encore le secret.

Contrairement à celle qui rédige ce texte d’une haute qualité, les Touaregs privilégient les zones où les températures atteignent 50°C fastoche en été, pour redescendre sous les 0°C en hiver. Ce sont donc un peuple de Nomades qui se déplacent dans toute une région qui comprend une partie de l’Algérie, de la Mauritanie, du Mali, du Niger, de la Lybie et du Burkina Faso, et ce, depuis la nuit des temps, bien bien avant que les colons décident de découper l’Afrique du Nord dès 1905. Donc, ils existaient bien avant que l’Algérie s’appelle l’Algérie, la Mauritanie…la Mauritanie, etc… et bien avant l’arrivée d’obédiences religieuses. Dans les faits, les Touaregs étaient des laïcs avant l’heure avant de devenir des musulmans monogames et soft, ce qui ne les empêchent pas de croire aux mauvais génies du désert! Ils vivaient de leur bétail et du commerce des esclaves, commerce qui s’éteint vers les années 1900, sôf erreur, à l’heure de la colonisation. Enfin…qui s’éteint….disons qu’ils perdent ce type de monopole dans cette partie du monde.

Comme ils se sont cassés à creuser des puits de plus de 60 mètres de profondeur pour trouver de l’eau pour leurs chameaux et leurs chèvres, ils naviguent dans le désert de leurs ouvrages en ouvrages et de pâturage en pâturage. Ils sont ainsi près de 1,3 millions divisés en tribus dont le chef est élu démocratiquement. D’ailleurs, un fameux proverbe touareg dit ceci: «La femme est la ceinture du pantalon. Sans la femme, l’homme est nu». Une belle éloge à la femme si cette dernière n’est pas suffoquée d’être comparée à une ceinture de pantalon. Mais ne dit-on pas chez nous que c’est: «La femme qui porte la culotte»? Comme quoi…

C’est en 1974 que l’Algérie interdit le commerce des Touaregs, suivie par le Mali et le Niger. Chassés par ces pays, ils se réfugient au Soudan et en Mauritanie pour s’installer dans des bidonvilles et devenir des chômeurs. Autant dire que la fierté de ces Seigneurs est salement touchée…et celle des ceintures de pantalons aussi.

Ceci pour la petite histoire succincte des Touaregs, du conflit qui touche le Nord du Mali et qui commence à déborder dans les autres pays alentour.

Si ce n’est pas le premier conflit qui existe dans le Nord entre Maliens et Touaregs, et en cela voir la chronologie des événements sur ce site, d’autres Touaregs trouvent refuge dans les pays voisins tels que l’Algérie et la Lybie, puis reviennent pour retrouver leur légitimité et ce, fortement armés et appuyés par une force obscure, l’AQMI, une branche d’Al-Qaïda maghrebin islamique. (Al-Qaïda qui, rappelons-le, est le nom américain donné à une bande de terroristes qui auraient flingué les deux tours de Manhattan sous l’ère Bush Jr.)

Seulement voilà, une fois les trois grandes villes du Nord du Mali sous le contrôle de l’ACMI, dont Tombouctou qui est le berceau de l’Islam, le vrai, les rebelles touaregs sont priés de quitter les lieux et de les laisser aux mains des islamistes qui ne plaisantent pas et imposent la charia à la mode 2000, c’est-à-dire intégriste et obscurantiste.

Les Touaregs se retrouvent donc au point zéro et ne leur reste qu’à s’exiler dans les pays avoisinants qui les acceptent malgré une pénurie de nourriture qui frappe toute la région nord-africaine. Abattus et entubés de surcroît, ces Touaregs montrent qu’il existe un sérieux problème dans cette partie du monde et qu’il serait bon de s’y intéresser la moindre avant que le conflit s’étende, ce qui ne va pas tarder selon les dires des exilés du Mali reconquis et reperdu.

Si il est vrai que la Syrie est dans une situation catastrophique, que la finale de l’eurofoot mettra nez-à-nez Espagne et Italie et que le Tour de France est plus important aux yeux de beaucoup, que la crise actuelle interpelle les affairistes mondiaux et le cour de la bourse va indiquer si on va pouvoir continuer à vivre normalement ou se priver, il existe un conflit dont on parle mais dont on s’en tape et dont on ne mesure pas encore l’ampleur. Combien de temps faudra-t-il pour que les puissances mondiales affrètent des avions pour amener au moins des cargaisons de nourriture à celles et ceux qui combattent l’AQMI ?

 

 

 

Barbe-cul fasciste à Genève, l’été sera chaud!


 

C’est lors de la fête de la Musique du 22 juin 2012, que le chanteur d’un groupe punk genevois, âgé d’une trentaine d’année, se ramasse trois coups de couteaux par un fasciste français de 27 ans, connu des services de police pour son appartenance à une organisation néonazie Artam Brotherhood (ou Fraternité des Artamans in english), ceci vers 1 heure du matin, après que le groupe se soit produit sur scène. Ce poignardage s’est fait de façon tout-à-fait lâche, comme on peut s’en douter, ce qui va attiser la colère entre milieux antifascistes et néonazis.

Le groupe sympathisant d’extrême-Gauche avait senti la présence du groupe néonazi lors du concert et l’a interprété comme une provocation jusqu’à ce qu’une bagarre éclate entre les deux factions.

C’est que cette confrérie d’extrême-Droite a prévu de se faire un barbe-cul le 28 juillet 2012 dans la campagne genvoise où Français et Italiens sont attendus. C’est que ces fameux Artamans cherchent à établir une antenne à Genève! Mais ce n’est point un phénomène nouveau.

Petit historique:

2001, la présence marquée des néonazis au Grütli montre qu’il y a une extrême-Droite en Suisse.

Fin des années 1980, début des années 1990, différents groupes fascistes ont été fondés à Genève et avaient des relations très étroites avec des groupements français.

Plus loin encore, dans les années 1970, extrême-Droite de Genève et de Suisse-romande en général, et Gauche antifasciste se bagarrent à Genève, en 1977, ceci sur invitation d’ultra-nationaux français.

Mais lorgnons le site trompeur, incre-débile et nauséabond du nom d’Alernatife où l’on peut voir la tournée de cette bande de fascistes cet été.

On remarquera l’affiche de la fameuse fête du 28 juillet 2012.

 

 

Toujours est-il qu’une manifestation antifasciste aura lieu ce samedi 30 juin 2012, dès 14h00 à Plainpalais à Genève, en soutien à leur ami poignardé.

Et si les autorités ne font rien, il est certain que des groupes néonazis vont profiter de leur nombre, ce 28 juillet 2012, pour attaquer un lieu ou des personnes. Mais on se prépare à la contre-attaque du côté antifasciste et d’autres poto(e)s d’autres villes et d’autres pays vont se mobiliser pour prêter main forte dans le but que ce barbe-cul soit un désastre.

 

 

Cet été, Genève risque fort de devenir le Waterloo des différentes mouvances extrémistes de tous bords.

D’ailleurs, il serait bien d’acheter des oeufs dès maintenant et de les laisser au soleil afin qu’ils pourrissent bien. Puis se trouver un lance-patates afin de colorier ces scouts néonazis habités par la haine d’autrui.

Mais pour cela, il serait bien d’être tenu(e)s au courant pour prêter nos compétences de tireurs(euses) au roquet, ceci sur l’heure et les endroits afin que nous puissions trouver un point stratégique pour poser le trépied de notre lance-purée nauséabonde. Merci!

 

 

Ce billet figurera dans les Events du site, dès que cette foutue  bécane arrête de faire des siennes!

La Révolution de la Nature contre Monsanto…et toc!


 

Les grands utilisateurs céréaliers américains d’OGM sont confrontés à un gros problème, celui de leurs champs de maïs, de coton, de soja ou de colza qui sont envahis de mauvaises herbes. Pourtant, ces agriculteurs utilisent généralement l’OGM «Roundup», c’est-à-dire le fameux glyphosate sensé tuer tout sur qui se trouve sur son passage. Dès lors, le « Roundup ready» est balancé à tour de bras pour donner ainsi de toutes belles céréales toutes propres. Or il semblerait que les OGM se retrouvent avec une sérieuse épine dans le terreau, celle des mauvaises herbes.

«Pourquoi?!», se demande-t-on naïvement.

Et la réponse fuse toute faite: «ça ne marche plus!»

«Et pourquoi cela ne fonctionnerait-il plus, hein?!»

Ben c’est tout con, mais ces herbicides (N-(phosphonométhyl)glycine, C3H8NO5P) utilisés en surdose ont agi comme des antibiotiques contre lesquels Dame Nature a appris à résister. Ainsi, chaque année, de nouvelles plantes sauvages développent des résistances au glyphosate, et l’une des plus fameuses de ces plantes sauvages porte bien son nom: «La Marante!». Une plante au sens de l’humour fort peu apprécié, mais qui n’en a cure et pousse très vite, infestant près de 80% des champs de coton OGM Etats-Uniens. Autrement dit, les belles promesses des céréaliers OGM aux Etats-Unis s’envolent comme les feuilles mortes en automne, non, je n’ai rien oublié. Et cette résistance aux herbicides pose un autre problèmo, celui d’avoir des conséquences graves dans les cultures non-OGM sur lesquelles est déversé aussi un chouya de «Roundup» et ceci…pour lutter contre les mauvaises herbes, pardi!

Et de respecter une minute de silence pour tout(es) celles et ceux qui ont eu affaire aux mauvaises herbes! Et de profiter de cette minute pour se pencher sur «La Marante» ou Amaranthus, du grec ancien « αμάρανθος » , formé du privatif a-, «sans» et de maranthos, «qui se fane», donc qui ne se fane pas et est ainsi le symbole de l’immortalité par excellence.

En attendant, Monsanto, concepteur de ces céréales OGM, propose de fournir à ses clients un deuxième herbicide gratuitement et alors là, c’est la fuite en avant puisque Dame Nature vient de prouver par A+B qu’elle nous prend pour des cons et qu’elle va continuer à élaborer son petit attirail de plantes, ou d’insectes, ou de champignons résistants à la connerie des spécialistes ès OGM!

En Afrique, c’est le Burkina Fasso qui va réduire son taux de coton OGM de 60 à 30% pour la saison prochaine. Ceci parce que les 3 premières campagnes expérimentales de coton d’été OGM, n’ont pas répondu aux promesses attendues. Alors que Monsanto annonçait des rendements de 30% supérieurs à la normale, ces derniers ont été légèrement…inférieurs à la normale. En plus, la qualité des fibres de coton d’été OGM est moins bonne que celle du coton cultivé traditionnellement. Résultat des courses, toute la récolte a été déclassée alors que d’habitude, elle fait partie du haut de gamme, ou au pire du moyen de gamme. Mais là, c’est la cata, c’est carrément du bas de gamme! Dire qu’il n’y a pas de miracle avec le coton du Burkina Fasso est un doux euphémisme.

Les explications classiques de la firme Monsanto: «Ce sont ces cons d’agriculteurs du Burkina qui ne savent pas s’y prendre. Ce qu’il faut, c’est mieux encadrer ces benêts de paysans africains». La suite ne dit pas si Monsanto va envoyer un de ses spécialistes gratos sur place pour former les idiots du village…

Copyright coloriage GeneGhys

 

 

PAS DE BULLETIN(S) DEMAIN 24 JUIN 2012


 

FAICMFSF se mobilise demain 24 juin 2012 contre ACTA, pour une

résistance planétaire (pour être dans le vent) et en solidarité avec

les étudiant(e)s québecquois(es) et contre des universités

qui veulent réserver leur savoir aux étudiants

dont les parents ont des ronds.

 

L’université doit être et rester accessible à tous, et non à ceux

qui n’ont pas grand chose dans la tête mais

une cuillère en argent dans

la bouche!

 

Pour tout cela, FAICMFSF fera son black-out!