Hague, ça rêva, ça rêva, ça rêva!


Pour la première fois depuis le drame de Fukushima, le Japon remet en route les deux réacteurs nucléaires de la centrale d’Ohi, propriété de Kansai Electric Power, ceci pour éviter la pénurie d’électricité pour alimenter les climatisations que les Nippons font fonctionner à tout va, et on ne peut les en blâmer après les deux jours de canicule qui ont frappé la Suisse ce long week-end trop chaud et trop lourd.

 

 

C’est aussi à Caen (glups!) qu’Areva, propriétaire de l’usine de retraitement des déchets des centrales européennes a réceptionné à bras ouvert un train de combustibles hautement radioactifs en provenance des Pays-Bas fin juin 2012. Une aubaine pour cette centrale qui se préoccupe de son avenir depuis que ces anti-nucléaires font les cons pour trouver d’autres alternatives pour une énergie qui ne soit pas sale, n’en déplaise aux lobbys pro-nucléaires. Lobbys qui rappelons-le, soulèvent le spectre du chômage pour des milliers de travailleurs qui bossent dans ces usines de merde. Alors qu’après réflexion intense de la part de ces ouvriers, ces-derniers se rendraient compte que leur poste est assuré pour le démantèlement de ces centrales qui va durer sur des années, sans compter la surveillance des déchets entreposés on ne sait encore où, puisque personne n’en veut. Tiens donc! Sans compter la création de postes d’emploi pour les entreprises qui construiront de quoi alimenter nos postes TV et nos ordis dans un esprit d’énergie renouvelable. Mais bon! A quoi bon essayer de faire boire un âne qui n’a pas soif, hein?!

Toujours est-il que ce train bien silencieux a abandonné 6,7 tonnes de combustible nucléaire qui ont permis d’alimenter en électricité l’équivalent d’une ville de 350’000 habitants pendant un an. Mais pour Areva, ce géant du nucléaire français, les combustibles irradiés ne sont pas considérés comme des déchets, mais comme une matière réutilisable, comme le MOX, par exemple. Un «déchet» utilisé par la centrale Fukushima et cela, voir un article qui doit se trouver sur FAICMFSF, mais je ne sais où, peut-être sur un forum avec un peu de chance.

C’est que la Hague voit plus de 750 transports annuels de déchets merdiques au départ et à l’arrivée de son portail hyper protégé. Le calcul n’est pas difficile à faire, cela fait plus de deux transports par jour qui franchissent le seuil de ce fleuron industriel français. Et l’incident nippon du mois de mars 2011 fait craindre une baisse des cadences, donc moins de travail, moins d’esclaves payés un peu plus que les autres qui oeuvrent dans d’autres professions. C’est pourquoi la Hague compte sur les réacteurs de 3 ème génération, les fameux EPR au système de sécurité inégalé, comme celui qui se construit en Finlande, à Olkiluoto et qui devait être fonctionnel en 2009, puis 2011, puis 2012, puis fin 2013 pour enfin espérer une dernière date, celle de 2014…aux dernières nouvelles. Un EPR qui serait encore plus écologique puisque ces déchets ne serait que du tritium, un isotope radioactif lui aussi, mais moins longtemps.

AREVA essaie de rassurer ces ignares d’écolos en promettant un réacteur de 4 ème génération ou la grande illusion

La Hague voit donc son avenir avec une certaine inquiétude, ce qui n’est pas pour rassurer celles et ceux qui entendent le directeur technique qui répète à qui mieux mox: «Tenez bon la rampe!»

PDF: li_2012-06-28 Hague

 

 

 

ATOMKRAFT: EMBALLER C’EST PESER !


By Nosotros.incontrolados

 

J’ai relevé ceci dans la news letter du « Réseau pour sortir du nucléaire »

Une belle et longue brochette de cartes postales…heu…non: de cartes géographiques pointant les accidents et autres dysfonctionnements survenus dans les centrales nucléaires partout dans le monde depuis Fukushima

( Il nous en est indiqué pas moins de 84…Mais sont-ils bien tous là?)

Lecture édifiante prenant un peu sur le temps de nos occupations quotidiennes…Il va de soi que ce n’est pas pour mettre chacun dans un état d’euphorie déjà proche de « zéro » au saut du lit…Toutefois, dans une certaine mesure cela vous permettra de rafraichir vos connaissances  en géographie au cas où vous auriez raté le Bac cette année ou encore il y a trente ans, de choisir avec un discernement pessimiste le pays de vos prochaines villégiatures, voir des « rassemblements protestataires hight-thec »  et de pouvoir le localiser sur une mappemonde avant d’effectuer vos réservations dans le SOFITEL  « bobo » du coin….Et, si vous postulez pour une mandature quelconque à quoi que ce soit, d’avoir préalablement consulté avec une attention soutenue les CV du personnel…

On ne sait jamais.

 

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Nucleaire-des-accidents-partout


Rien que dans l’hexagone,

si on ne stoppe qu’une centrale à chaque quinquennat,
on est pas sortis de la merde…

 

Alors? Hein? elle est pas belle la vie?

Youp-là boum!!!

 

SOFITEL DE TECHERNOBYL

Steph.

http://nosotros.incontrolados.over-blog.com

La Révolution de la Nature contre Monsanto…et toc!


 

Les grands utilisateurs céréaliers américains d’OGM sont confrontés à un gros problème, celui de leurs champs de maïs, de coton, de soja ou de colza qui sont envahis de mauvaises herbes. Pourtant, ces agriculteurs utilisent généralement l’OGM «Roundup», c’est-à-dire le fameux glyphosate sensé tuer tout sur qui se trouve sur son passage. Dès lors, le « Roundup ready» est balancé à tour de bras pour donner ainsi de toutes belles céréales toutes propres. Or il semblerait que les OGM se retrouvent avec une sérieuse épine dans le terreau, celle des mauvaises herbes.

«Pourquoi?!», se demande-t-on naïvement.

Et la réponse fuse toute faite: «ça ne marche plus!»

«Et pourquoi cela ne fonctionnerait-il plus, hein?!»

Ben c’est tout con, mais ces herbicides (N-(phosphonométhyl)glycine, C3H8NO5P) utilisés en surdose ont agi comme des antibiotiques contre lesquels Dame Nature a appris à résister. Ainsi, chaque année, de nouvelles plantes sauvages développent des résistances au glyphosate, et l’une des plus fameuses de ces plantes sauvages porte bien son nom: «La Marante!». Une plante au sens de l’humour fort peu apprécié, mais qui n’en a cure et pousse très vite, infestant près de 80% des champs de coton OGM Etats-Uniens. Autrement dit, les belles promesses des céréaliers OGM aux Etats-Unis s’envolent comme les feuilles mortes en automne, non, je n’ai rien oublié. Et cette résistance aux herbicides pose un autre problèmo, celui d’avoir des conséquences graves dans les cultures non-OGM sur lesquelles est déversé aussi un chouya de «Roundup» et ceci…pour lutter contre les mauvaises herbes, pardi!

Et de respecter une minute de silence pour tout(es) celles et ceux qui ont eu affaire aux mauvaises herbes! Et de profiter de cette minute pour se pencher sur «La Marante» ou Amaranthus, du grec ancien « αμάρανθος » , formé du privatif a-, «sans» et de maranthos, «qui se fane», donc qui ne se fane pas et est ainsi le symbole de l’immortalité par excellence.

En attendant, Monsanto, concepteur de ces céréales OGM, propose de fournir à ses clients un deuxième herbicide gratuitement et alors là, c’est la fuite en avant puisque Dame Nature vient de prouver par A+B qu’elle nous prend pour des cons et qu’elle va continuer à élaborer son petit attirail de plantes, ou d’insectes, ou de champignons résistants à la connerie des spécialistes ès OGM!

En Afrique, c’est le Burkina Fasso qui va réduire son taux de coton OGM de 60 à 30% pour la saison prochaine. Ceci parce que les 3 premières campagnes expérimentales de coton d’été OGM, n’ont pas répondu aux promesses attendues. Alors que Monsanto annonçait des rendements de 30% supérieurs à la normale, ces derniers ont été légèrement…inférieurs à la normale. En plus, la qualité des fibres de coton d’été OGM est moins bonne que celle du coton cultivé traditionnellement. Résultat des courses, toute la récolte a été déclassée alors que d’habitude, elle fait partie du haut de gamme, ou au pire du moyen de gamme. Mais là, c’est la cata, c’est carrément du bas de gamme! Dire qu’il n’y a pas de miracle avec le coton du Burkina Fasso est un doux euphémisme.

Les explications classiques de la firme Monsanto: «Ce sont ces cons d’agriculteurs du Burkina qui ne savent pas s’y prendre. Ce qu’il faut, c’est mieux encadrer ces benêts de paysans africains». La suite ne dit pas si Monsanto va envoyer un de ses spécialistes gratos sur place pour former les idiots du village…

Copyright coloriage GeneGhys

 

 

Jaitapur contre AREVA


 

Une image qui n’a pas fait le tour du monde, mais qui a été prise le 4 décembre 2010, (avant le tsunami de mars 2011 qui a ravagé…) lors de la visite du président Sarkozy à Jaitapur, dans le centre-nord-ouest de l’Inde. On peut y voir que le nucléaire n’y est pas le bienvenu dans cette région sismique à niveau 5 de l’Inde. Déjà à l’époque, Parvin Gavankar De Janahit Seva Samiti déclare: «Les politiciens essaient de faire croire que nous nous opposons à cette centrale parce que nous voulons plus de pognon. Ce qui est faux. Nous ne pouvons pas permettre la destruction de notre Terre-mère. Il n’y a aucune clarté sur la façon dont les autorités ont l’intention de disposer de ces saloperies de déchets radioactifs que l’usine va automatiquement générer, mais en plus, le rejet des eaux de refroidissement va bouleverser à lui seul la vie marine côtière».

«Et c’est sans compter la menace pour la communauté locale qui vit de la pêche du poisson, non du fruit, et qui ne pourra plus exercer son activité principale pour des raison de sécurité!» rajoute Amjad Borkar.

Qu’à cela ne tienne, ce ne seront pas 5’000 Indiens qui vont faire péter leur loi sur le mini-site de cet immense pays!

 

L’incident Bénin pourrait s’arrêter là si, le 13 juin 2012, une revendication de maudit(es) anti-nucléaire français(es) remet la compresse en écrivant cette revendication sur le site DiaNuke.org dont voici le relais en français…et in english after. Ceci juste avant l’ouverture du sommet del Rio!

 

« Aujourd’hui, mercredi 13 juin 2012, des hommes et des femmes indiens ont été arrêtés alors qu’ils tentaient pacifiquement de récupérer les terres dont ils ont été injustement privés pour le projet de centrale nucléaire de Jaitapur.
Nous, hommes et femmes français, protestons vigoureusement contre cette injustice commise pour les intérêts uniques de la société Areva et du gouvernement indien. Nous dénonçons:

 

  • la privation des propriétés des agriculteurs et pêcheurs sur le site de la future centrale nucléaire de Jaitapur,
  • l’arrestation de 22 personnes pour la seule faute d’avoir usé du droit inaliénable de manifester,
  • l’interdiction de se rassembler à plus de 5 personnes dans la région,
  • les mesures d’éloignement contre les activistes, commeMme PatilVaishali, afin de les empêcher de pénétrer dans le district,
  • l’insistance rapportée d’Areva pour jouir d’une exemption de responsabilité en cas d’accident nucléaire en Inde.
Areva est en train de construire6 réacteurs EPR de 1650 MW chacun, dans le gigantesque parc nucléaire de Jaitapur. L’accident de Fukushima a montré que la construction de plusieurs réacteurs sur un même site représente un danger supplémentaire. Une situation d’urgence sur n’importe lequel des réacteursmenace directement la sécurité et les éventuels travaux de restauration sur les autres réacteurs.

 

L’EPR est combattu à Flamanville, en France. Sa construction connait de lourds dépassements de délai et de budget, en France comme en Finlande, et les agences de sécurité européennes ont soulevé de sérieuses objections quant à sa conception. Même la Commission de Régulation Nucléaire des Etats-Unis (NRC) a retardé la certification de sécurité de l’EPR. Dans ces circonstances, la construction de 6 réacteurs EPR àJaitapuréquivaudrait à une expérience inhumaine, utilisant les populations les plus pauvres de l’Inde comme des cobayes.

 

L’actionnariat d’Areva étant composé à presque 90% d’agences de l’Etat Français, nous, citoyens français, tenons à dénoncer publiquement l’attitude d’Areva. Nous refusons que les intérêts de cette société soient placés avant les droits fondamentaux et inaliénables du peuple indien. Et nous rappelons que le droit de propriété, le droit de manifester et le droit de se rassembler sont des droits fondamentaux et basiques de toute démocratie digne de ce nom.

Nous, hommes et femmes de nationalité française, adressons toute notre solidarité et notre soutien à nos frères et sœurs indiens, dont nous admirons le combat. »

 

Carte de la région concernée

(Version in english after the map)

DiaNuke.org has received the following statement, endorsed by 27 major anti-nuclear groups in France, demanding immediate stop on the state repression in Jaitapur and scrapping of Areva’s Nuclear Power Project in Maharashtra, India:

Wednesday, June 13, 2012, Indian men and women were arrestedwhilepeacefullytrying to recover the lands which they have been unjustly deprived for the project of Jaitapur Nuclear Power Plant.

 

We, French men and women, protest vigorously against this injustice by the unique interests of Areva and the Indian government. We denounce :

 

  • deprivation of property of farmers and fishermen on the site of the future Jaitapur NPP,
  • arrest of 22 people for the only fault of having used the inalienable right to protest,
  • prohibition on gather more than 5 people in the region.
  • externment orders against leading activist like Ms. Vaishali Patil barring her from entering the district.
  • Areva’s reported insistence for exemption from nuclear liability in case of any accident in India.
Areva is constructing 6 EPRs of 1650 MWs each in the colossal nuclear power park in Jaitapur. The Fukushima accident has shown that building multiple reactors at one site is even more dangerous. Emergency at any one reactor leads to disruption of safety and restoration work at other reactors as well. The EPR  is being opposed in Flamanville in France, it has run into more than double time and cost over-runs in Finland and the European safety agencies have raised serious objections regarding its design. Even the US Nuclear regulatory Commission (NRC) has delayed safety certification to the EPR. In these circumstances, constructing 6 EPRs in Jaitapur would be tantamount to an inhuman experiment using poor people of India as guinea pigs.

 

The shareholders of Areva being composed of almost 90% of agencies of the French State, we, French citizens, want to publicly denounce the attitude of Areva. We reject the fact that the interests of this company are placed before the fundamental and inalienable rights of Indian people. And we recall that the right of property, the right to demonstrate and the right of assembly are fundamental and basic rights for any democracy worthy of the name.

 

We, men and women of French nationality, send our solidarity and support to our Indian brothers and sisters, whose relentless fight we deeply admire.

 

Ces séismes qui secouent le monde!


 

(Et ce, sans compter les sempiternelles mises-à-jour estivales de tous les logiciels, tempêtes sur les PC.)

 

Et revenir sur le séisme de mars 2011 qui démonta le Japon (et le monde) en moins de 2.

Toujours est-il qu’après cet incident de parcours terrestre qui nous a foutu dans une sacrée merde, il serait bon de revoir la vidéo de ce courageux journaliste nippon qui commentait en direct le terrible tremblement de terre et tsunami qui ravagea l’Empire du Soleil Levant. Sur la carte que la télévision locale nous montre, on peut suivre le score des ondes de choc et ce, commenté comme un match de foot de l’euro ponctué par des bruits de chutes et de cris de femmes qui cherchent auditivement à se protéger alors que le commentateur continue à expliquer ce qui se passe, ceci ponctué de «Aïe!».

 

Vidéo

 

 

Et maintenant, une petite vidéo sur tous les séismes qui se sont manifestés en 2011 sur notre planète.

Les séismes rikiki ne sont pas mentionnés!

 

Vidéo

 

Merci à Steph pour la vidéo;-)

 

Après visionnage de cette terrible vidéo, nous pouvons voir que le meilleur refuge se trouve encore dans l’hémisphère sud de l’Afrique. Il semblerait que l’Europe et le Sibérie soit aussi moins touchées. Mais il ne faut pas se fier aux apparences puisque nous recevons en pleine poire toutes les particules radioactives de Kukushima et selon les spécialistes de rien qui explorent encore cette usine en débandade, cela ne va pas s’arrêter de sitôt, voire empirer. Pour celles et ceux qui ne sont pas allergiques au iode, il serait bien de se faire une petite réserve, histoire de vivre un tout petit peu plus longtemps!

 

C’est pourquoi il est important de suivre l’échec programmé du Sommet de Rio qui vient de commencer dans cette ville brésilienne envahie par les bobos écolos et de nous montrer, comme exemple d’économie verte brésilienne qui protège la forêt amazonienne, à Xapuri exactement (ça ne s’invente pas), la nouvelle usine et les nouveaux ouvriers du latex naturel pour en faire des préservatifs certifiés BIO qui seront distribués massivement dans le Nord du pays!

 

 

 

Score Diesel-Amiante: match nul!


 

Ça fera un score de plus au palmarès des particules fines qui envahissent nos poumons depuis fort longtemps. Si les industries des silicates magnésiens ou calciques ont payé le prix moindrement fort aux victimes de ceux qui ont travaillé dans les bâtiments ou autres produits ignifuges, qu’en sera-t-il des industries qui ont fait la promotion de l’utilisation immodérée du moteur au gazole qui pue! Et de rapporter, au passage, que le moteur Diesel, qui n’a pas besoin de bougies pour s’allumer et qui fut inventé par l’Allemand Rudolf Dieseil himself en 1897, émet des particules 50 fois plus importantes que le moteur essence qui lui aussi, en a de sérieuses à son actif, mais il faudra attendre 2050 afin que l’OMS bouge son cul pour le reconnaître.

Et c’est qu’on va l’utiliser à toutes les sauces, ce Diesel! Locomotives, bateaux, camions, bagnoles, bus, tracteurs, groupes électrogènes, engins de travaux publics, lampes à pétrole, bref, une industrie florissante qui fait marcher les économies de bien des pays.

Parlons combustion pour faire un tant soit peu sérieux! La combustion résulte d’une adéquation parfaite de l’hexadécane + dioxygène = dioxyde de carbone + eau, ce qui donne ça:

2 C16H34 + 49 O2 -> 32 CO2 + 34 H2O

On remarque alors très bien, au vu de cette formule simpliste, qu’il faut 30 gr d’air pour griller 1 gr de combustible. Enfantin!

Après cette explication claire et limpide (des adjectifs qu’il nous faudra bientôt rayer des dictionnaires et les reléguer dans les livres d’histoires), revenons au Diesel incriminé depuis 3 jours par l’Organisation Mondiale des Stupides. C’est quelques jours avant le Sommet Qui Ne Servira à Rien qui se tiendra fin juin à Rio, Brazil, que l’on reconnaît enfin que le gazole aux fumées visibles et qui puent, vous délivre en pleine poire des particules fines de 0,1 à 0,3 mm de diamètre. Petites saloperies qui vont se loger profondément dans l’appareil respiratoire et qui vont provoquer de l’asthme et autres pathologies cancérigènes, sans compter la pollution de l’ozone, surtout par temps ensoleillé et autres chaudes canicules.

Il était entré dans les moeurs, dans les années 1965 – 1975, lors des vacances scolaires, d’échapper aux sempiternels bouchons des autoroutes pour suivre les trajets indiqués par Bison Futé et de se retrouver nez à nez avec les pots d’échappement des camions usant du même itinéraire que les malins du campinge…Qu’elles furent douces, alors, les Gauloises filtres parentales!!

Il faudra attendre 1998 pour que les suies ou nanoparticules diesèliques soient classées comme «probablement cancérigènes» par le CIRC ou Centre International de Recherche sur le Cancer, ceci suite à des asthmes aggravés voire mortels chez les usagers des divins moteurs.

Ce sont les USA qui remportent la palme de l’hypocrisie puisque le problème y fut déjà soulevé dans les années 1981-1983, mais le lobby minier MARG (Mining Awareness Resource Group pour celles et ceux qui ne parlent pas l’english) s’oppose aux études en fermant les clapets et robinets des chercheurs et autres politicards!

30 ans plus tard, 13 juin 2012, stupeur et émoi au sein de la population: le Diesel tue à petit feu! C’est l’OMS qui le dit! Devrait-on voir là une motivation aux industries pour se diversifier afin d’éviter une crise mondiale et de faire des recherches qui vont révolutionner de nouveaux secteurs?!

Toujours est-il que ce billet est dédié aux pestes et autres connards qui ont sermonné des fumeurs(euses) calmement assis(es) sur une terrasse de bistrot à 3/4 vide et qui ne demandaient rien à personne, un jour en juin, sur un des périph bagnolesques de Paris. Mesdames et Messieurs, on vous souffle notre fumée sur vos nobles faces de crétin(e)s! Et toc!