ACTA mort, INDECT arrive…i-Thunes nique les Suisses


 

On ne peut que féliciter le vote des eurodéputés contre le traité d’anti-contrefaçon, ACTA de son petit nom, ceci avec un score absolu de 478 députés contre 39 pro-ACTA et 165 abstentions.

De mettre la petite photo du groupe qui fait tcheeze, ce qui nous ravit.

 

PHOTO DE FAMILLE

 

 

Ce qui ne veut pas dire que la propriété intellectuelle sur le net ne va pas être réglementée. Les politicards vont bien trouver autre chose pour régenter tout cela mais espérons, de façon plus intelligente. Comme des petites hausses mensuelles pour les droits d’auteurs ponctionnées sur les abonnements des télécommunications, comme cela se fait déjà en Suisse.

La Suisse, justement, qui se fait harceler par les USA pour que la Confédération lutte contre le téléchargement illégal. C’est l’hôpital qui se fout de la charité quand on observe qu’i-thunes, la célèbre plate-forme d’Apple demande à l’Helvéticus modernicus 25% de plus que ses voisins européens. Ce qui fait penser, quand on regarde les Allemands, que les Suisses sont devenus les vaches à traire du monde occidental et qu’on va chercher l’argent là où il est. Seulement voilà, si l’économie du pays roule, mes boules, cela ne veut pas dire que chaque Helvète possède une banque et une Rolex au poignet. Cessons de nous lamenter et regardons en bref la façon de procéder d’Apple, même par rapport à nos chers voisins. (Pour plus d’infos)

PETIT SCHEMA

 

En clair, le chanteur et la maison de disque gagne 8 balles par albums que ce soit dans l’UE où en CH (Confédération Helvétique, pour les intimes). Le reste tombe dans l’escarcelle d’Apple, sans qu’aucun droit d’auteur soit redistribué à l’artiste! Cela montre bien l’esprit rapiat de cette secte informatique et la soumission de leurs adeptes qui ne jurent que par cette marque exposée à tout va, que ce soit dans les pubs, les films, etc…

Mais revenons à ACTA enterré pas très définitivement! Car ce qui est gentiment mis en place est une surveillance internet nommée:

Projet INDECT : VIDEO

Et oui….il faut à nouveau se mobiliser…on ne nous foutera jamais la paix…et ce projet est financé de façon ou d’une autre, par nous, simple utilisateur.

PFFFF!

Publicités

Qui n’a pas entendu parler de Kinect?!


 

Kinect a été conçu in first pour les consoles de jeux vidéo Xbox dans le but de ne pas utiliser les manettes et de ne plus détruire les pièces où la télévision (ou LED, télé devenant gentiment dépassé) était posée. C’est aussi l’accessoire hight-tech le plus vendu dans un court laps de temps et qui est entré dans le «Guiness book des records». Pour rappel, le 5 janvier 2011, Microsoft a vendu 8 millions de Kinect en 2 mois, un million en 10 jours et obtient une moyenne de 133’333 Kinect par jour dans le monde.

Mais késako que ce Kinect?! C’est une caméra qui a été développée par la société israélienne PrimeSense, dont le code de projet fusse «Project Natal» et dont la technique permet d’interagir par commande vocale et reconnaissance de mouvement et d’image. En bref, on met sa Kinect sur la TV ou sous le LED et on se met à gigoter en émettant des mots châtiés destinés à son adversaire virtuel. Le tout est retransmis en direct. Fini les consultations chez le toubib et les steaks sur l’oeil n’ayant pas évité la châtaigne! Les rixes seront dorénavant virtuelles!

Aujourd’hui, progrès oblige, Microsoft livre désormais son Kinect avec un DSK (Software Development Kit, vulgairement nommé aussi SDK). Un «Face Tracking SDK» (…?!) qui, non seulement améliore la reconnaissance des mouvements, mais reconnaît aussi les mouvements faciaux, est un programme de la caméra qui discerne les mouvements faciaux comme la position de la tête, des sourcils et la forme de la bouche, mais également les langues espagnole, italienne, japonaise, française, anglaise of course, et peut suivre ainsi les interactions entre deux squelettes.

On serait dès lors en droit de se poser la question: «À quand les Kinect Face Tracking SDK dans les Sofitels ou chambres-à-coucher dans lesquels certains dérapages ne peuvent actuellement n’être prouvés que parole contre parole?!» Ces enregistrements pourront être la panacée à bas coût judiciaire pour les victimes de viols ou d’abus sexuels sans consentement? La question est judicieuse d’autant que le prix de cette caméra est moindre par rapport aux honoraires d’avocats pour des résultats plus que mitigés!

 

Mais Kinect 2 saura lire sur vos lèvres…

 «Ce sont les menteurs qui font des serments.»

Proverbe oriental

PAX AMERICANA et le mauvais élève de la zone Euro


Publié le 12 septembre 2011

Un million, c’est le nombre d’employés US pour la fameuse PAX AMERICANA. Un million d’employés qui s’occupent des écoutes téléphoniques, de ce qui se passe sur internet, de ce qui se passe partout dans le monde. Un million d’employés, environ, qui travaillent pour le gouvernement US, contribuables contribués. La sécurité est devenue la première économie mondiale, quoiqu’en disent encore certains réfractaires. Une économie qui se développe depuis 1990, mais qui a pris son envol depuis le fameux 11 septembre 2001, fêté dignement hier, par ceux qui ont perdu un des leurs dans les attentats. 11 septembre 2001 moins bien fêté par les musulmans qui ont perdu bien des droits.

Les «victimes» du 11 septembre 2011, entendons par là, ceux qui ont perdu un de leurs proches, ont été dédommagées. Ce qui n’est pas le cas des GI victimes des guerres US engagées depuis aux 4 coins du monde pour laver le sang versé à NY, Washington et Philadelphie. GI qui reviennent morts ou mutilés, au physique comme au figuré. Des gamins qui ne toucheront rien.

PAX AMERICANA depuis 2001, déjà? On veut nous faire croire que tous les satellites de communications et espions ont été mis sur orbites le 12 septembre 2001? Alors qu’en 2000, déjà, il se disait qu’: «Il ne peut y avoir un oiseau qui prenne son envol sans que les USA le sachent!»

Mais qu’est-ce donc ce PAX AMERICANA mis en place sous l’ère Reagan, c’est-à-dire, des lustres?! C’est le fameux bouclier anti-missiles mis en place pour près de 200 milliards de dollars de l’époque, soit quasiment trois fois plus que maintenant. C’est la plus grande fumisterie de la Défense que les Républicains ont mis en place pour occuper l’espace sous l’égide de la protection du pays, «Bouclier anti-missiles» alors que c’est un système fondamentalement offensif qui permet de détruire tout satellite qui serait lancé par d’autres pays et qui ne leur conviendrait pas.

Certes, PAX AMERICANA a démontré, lors de la première guerre du Golfe, qu’il pouvait téléguider les anti-missiles Patriots, mais il leur est plus facile de détruire un satellite ennemi et ils l’ont démontré sur un de leur propre satellite qui ne leur servait plus à rien. Cela dit en passant, ils pourraient détruire le missile en panne et qui devrait s’écraser sur la terre assez prochainement. Un satellite, du doux nom de UARS (l’Upper Atmosphere Research Satellite) qui est en orbite depuis 20 ans selon les dépêches de la NASA. Pour d’autres, un satellite espion USA 193, type Hubble, lancé en 2006, mais qui a présenté des pannes juste après avoir gagné son orbite. On s’en bat le coquillard du nom, mais ce satellite pèse 6 tonnes et devrait se désintégrer en entrant dans l’atmosphère aux dires de la NASA, une autre institution américaine qui coûte le lard du chat au contribuable américain. Il y aurait une probabilité de 1 sur 3200 pour qu’un débris défonce la tronche d’un être humain. On est soulagé! Sinon, pour ceux qui ont prévu un voyage en Asie ou en Amérique latine fin septembre, il serait préférable de reporter leurs vacances en octobre. En effet, ce satellite qui, soi-disant, n’a plus de carburant, ne répond plus à aucun de ses prénoms et, contrairement à ce que l’on croit, un satellite de cette envergure ne fonctionne pas qu’au solaire, mais a du carburant ou des substances vachement toxiques. Mais pas de problème de ce côté-là, tout est sous contrôle et tout va se désintégrer au contact de l’atmosphère. Or si ce satellite est vraiment un satellite de recherches climatiques, pourquoi avoir un stock de carburant qui lui permet de changer d’orbites pour permettre d’opérer par petites frappes chirurgicales?!

Mieux vaut s’intéresser à la démission de Jürgen Starck, docteur en économie allemand, qui démissionne de la BCE (Banque Centrale Européenne) et vite remplacé par Jörg Asmussen. Et tout ça pourquoi?! Parce que la Grèce, pays satellite de la zone euro, est quasiment en défaut de paiement et que ça ne va pas s’arranger pour l’Europe, la France étant aussi sur la sellette avec son triple A dont un risque de se désintégrer en même temps que la météore artificielle qui va nous tomber sur la tronche d’ici fin septembre.

 

Bref, on va s’en prendre encore plein la gueule! Youpie!

 

 

La vidéo-surveillance: petite histoire


 

Publié le 15 août 2011

 

Les Hollandais ont mis au point une caméra de surveillance, dotée d’un logiciel capable de détecter tout individu au comportement suspect. Elle est alors capable de le suivre et de répertorier toute une base de données sur ledit personnage qui a dégainé sa pipe un peu trop vite et qui a de la peine à trouver son paquet tabac à moitié vide, collé entre son agenda, son iPad et son porte-feuille. Quelques jours plus tard, sortant de son petit magasin de tabac, le Monsieur «au comportement suspect» tombe sur une bande de manifestants enragés et se met en colère parce qu’il s’est fait bousculé. Bingo, c’est dans la boîte! On diffuse alors son portrait sur les écrans qui ont envahi les foyers. Sa femme, sa maîtresse et sa secrétaire le reconnaissent. L’une d’entre elles, la plus frustrée, prend son mobile et téléphone directement au commissariat en précisant aux fonctionnaires de la force publique qu’en effet, son mari avait un comportement suspect depuis un certain temps.

La police va alors questionner la secrétaire qui, en effet, voyait son chef s’absenter de plus en plus souvent et à des heures on ne peut plus douteuses. Un petit tour sur les comptes-rendus des bancomat et on s’aperçoit que Monsieur effectuait des retraits assez conséquents depuis quelques mois. Sa carte de crédit montre qu’il a parfois été dans des hôtels douteux dont une seule caméra de surveillance fixée sur la caisse est installée par le gérant. Bizarre, bizarre!

On observe aussi Monsieur dans certains restaurants, cela grâce aux caméras de surveillance fixées dans des coins stratégiques et invisibles pour le simple péquin qui n’y prend garde, et que voit-on?! Monsieur refiler des petits paquets emballés à une Dame qui n’a rien de spécial pour un oeil machiste. Cette Dame de mettre le paquet dans son sac et feignant une intense émotion envers ce généreux donateur qui, on le distingue très bien sur la vidéo, insiste pour qu’elle ne l’ouvre pas tout de suite ou pas du tout, c’est selon le calcul algorithmique de la caméra «top niveau logiciel qui détecte tout comportement suspect», ou selon celui qui interprète les images qui défilent.

A un moment, la Dame se rend aux lieux d’aisances où seule, la salle lavabo est investie par une caméra «Hight Tech» cachée dans la grille d’aération. La Dame va se soulager, se rend vers un miroir, se regarde tout en se lavant les mains et, n’y tenant plus, puise dans son sac duquel elle en retire le paquet remis tantôt. «A ma tendre Mimi». Pas de doute, c’est un nom de code car la Dame se révise très vite et glisse fissa fissa le paquet au fond de son sac.

Sans le savoir, la Dame fait partie d’une recherche faciale de son identité et rebingo, on s’aperçoit qu’elle a été arrêtée lors des manifestations de 1968. C’est une rebelle et elle remet ça! Trop discrète pour être honnête!

Les détectives, alertés par la Femme de Monsieur, sont sur les dents et espèrent faire un carton car pour eux, c’est «The Big Fish»! On va les avoir, ces salopards d’Al Caramba! Une manifestation «secrète» diffusée sur Face de Bouc et Twitter a lieu le lendemain. On va faire une planque vers l’immeuble minable dans lequel la Dame a trouvé un logement depuis fort longtemps, et une autre derrière la grille du pavillon de Monsieur.

07h30, Monsieur sort la voiture de son garage, mais les agents ne paniquent pas. Grâce à la puce de l’Ipad qui permet de savoir où l’individu se trouve à tous moments, pourquoi risquer de se faire repérer?! L’agent transmet par Wifi au QG: «Le bonhomme sort de sa souricière, je répète, le bonhomme sort de sa souricière». Les détectives, restés au QG suivent à la trace la petite lumière rouge qui se déplace sur l’écran LED. La lumière rouge s’arrête, la caméra de la ville prend le relais et envoie les images du Bonhomme entrant dans un magasin de tabac, toujours le même. Bizarre! Il en ressort 5 minutes après, un petit colis sous le bras. Prendre toutes les dispositions nécessaires pour avoir des informations sur ce tabagiste, c’est peut-être une piste!

Le Bonhomme reprend sa BMW et se rend à un bancomat. Pourquoi chaque fois un différend?! C’est qu’il est méfiant notre gaillard! Notre Gaillard qui, maintenant arrive sur son lieu de travail où la secrétaire, briffée par la brigade anti-gang, ne doit rien laissé transparaître et alerter immédiatement la police anti-terrorisme une fois que son patron s’absente.

11h30, le Suspect sort de son entreprise et prend les transports publics pour se rendre au centre-ville. On ne peut pas encore intervenir, trop de monde et trop de risques de dommages collatéraux. Lorsque le Terroriste descend du bus, il s’arrête un instant, dégaine sa pipe et recherche son maudit paquet de tabac qui, décidément, à l’art de se cacher n’importe où dans cette foutue poche intérieure. Sans doute un signe! Mais à qui? Une fois sa pipe bourrée, il l’allume et prend la direction d’une brasserie où sa complice l’attend déjà, assise à une table reculée et discrète. Son visage est pensif et scrute la porte d’entrée du bistrot avec insistance. C’est qu’on n’a pas le droit de fumer dans les lieux publics! Son pseudo-amant entre enfin et les deux visages s’illuminent mais tentent de cacher leur émotion. Le Terroriste sort alors le paquet-cadeau devant sa comparse qui feint une expression de lassitude heureuse.

C’est alors qu’il y a un remue-ménage dans la brasserie et des hommes vêtus de carapaces noires et couverts d’un casque étrange se précipitent vers le couple aux yeux hallucinés. Un tonneau est placé sur le paquet et on dégage les clients de la salle. Les deux Malfrats sont menottés, bâillonnés, sanglés et emportés dans un fourgon de la police. Pendant ce temps, les forces anti-mines font sauter le paquet où était encore écrit: «A ma douce Mimi». Un code là aussi! Un amoureux se renouvelle, pensez donc!

12h30. Opération: «C’est du tout cuit» a été un succès! La plus vieille édition de: «Ainsi parlait Zarathoustra» est partie en fumée, le Monsieur se fait torturer dans une prison étrangère pour avouer il ne sait pas encore quoi, la Dame croupit dans une vieille geôle du pays dans le plus grand secret, le marchand de tabac est placé en isolement, la secrétaire a perdu son job et la Femme se retrouve sans mari pour faire chauffer la marmite.

 

 

 

PAX AMERICANA et le mauvais élève de la zone Euro



Un million, c’est le nombre d’employés US pour la fameuse PAX AMERICANA. Un million d’employés qui s’occupent des écoutes téléphoniques, de ce qui se passe sur internet, de ce qui se passe partout dans le monde. Un million d’employés, environ, qui travaillent pour le gouvernement US, contribuables contribués. La sécurité est devenue la première économie mondiale, quoiqu’en disent encore certains réfractaires. Une économie qui se développe depuis 1990, mais qui a pris son envol depuis le fameux 11 septembre 2001, fêté dignement hier, par ceux qui ont perdu un des leurs dans les attentats. 11 septembre 2001 moins bien fêté par les musulmans qui ont perdu bien des droits.

Les «victimes» du 11 septembre 2011, entendons par là, ceux qui ont perdu un de leurs proches, ont été dédommagées. Ce qui n’est pas le cas des GI victimes des guerres US engagées depuis aux 4 coins du monde pour laver le sang versé à NY, Washington et Philadelphie. GI qui reviennent morts ou mutilés, au physique comme au figuré. Des gamins qui ne toucheront rien.

PAX AMERICANA depuis 2001, déjà? On veut nous faire croire que tous les satellites de communications et espions ont été mis sur orbites le 12 septembre 2001? Alors qu’en 2000, déjà, il se disait qu’: «Il ne peut y avoir un oiseau qui prenne son envol sans que les USA le sachent!»

Mais qu’est-ce donc ce PAX AMERICANA mis en place sous l’ère Reagan, c’est-à-dire, des lustres?! C’est le fameux bouclier anti-missiles mis en place pour près de 200 milliards de dollars de l’époque, soit quasiment trois fois plus que maintenant. C’est la plus grande fumisterie de la Défense que les Républicains ont mis en place pour occuper l’espace sous l’égide de la protection du pays, «Bouclier anti-missiles» alors que c’est un système fondamentalement offensif qui permet de détruire tout satellite qui serait lancé par d’autres pays et qui ne leur conviendrait pas.

Certes, PAX AMERICANA a démontré, lors de la première guerre du Golfe, qu’il pouvait téléguider les anti-missiles Patriots, mais il leur est plus facile de détruire un satellite ennemi et ils l’ont démontré sur un de leur propre satellite qui ne leur servait plus à rien. Cela dit en passant, ils pourraient détruire le missile en panne et qui devrait s’écraser sur la terre assez prochainement. Un satellite, du doux nom de UARS (l’Upper Atmosphere Research Satellite) qui est en orbite depuis 20 ans selon les dépêches de la NASA. Pour d’autres, un satellite espion USA 193, type Hubble, lancé en 2006, mais qui a présenté des pannes juste après avoir gagné son orbite. On s’en bat le coquillard du nom, mais ce satellite pèse 6 tonnes et devrait se désintégrer en entrant dans l’atmosphère aux dires de la NASA, une autre institution américaine qui coûte le lard du chat au contribuable américain. Il y aurait une probabilité de 1 sur 3200 pour qu’un débris défonce la tronche d’un être humain. On est soulagé! Sinon, pour ceux qui ont prévu un voyage en Asie ou en Amérique latine fin septembre, il serait préférable de reporter leurs vacances en octobre. En effet, ce satellite qui, soi-disant, n’a plus de carburant, ne répond plus à aucun de ses prénoms et, contrairement à ce que l’on croit, un satellite de cette envergure ne fonctionne pas qu’au solaire, mais a du carburant ou des substances vachement toxiques. Mais pas de problème de ce côté-là, tout est sous contrôle et tout va se désintégrer au contact de l’atmosphère. Or si ce satellite est vraiment un satellite de recherches climatiques, pourquoi avoir un stock de carburant qui lui permet de changer d’orbites pour permettre d’opérer par petites frappes chirurgicales?!

Mieux vaut s’intéresser à la démission de Jürgen Starck, docteur en économie allemand, qui démissionne de la BCE (Banque Centrale Européenne) et vite remplacé par Jörg Asmussen. Et tout ça pourquoi?! Parce que la Grèce, pays satellite de la zone euro, est quasiment en défaut de paiement et que ça ne va pas s’arranger pour l’Europe, la France étant aussi sur la sellette avec son triple A dont un risque de se désintégrer en même temps que la météore artificielle qui va nous tomber sur la tronche d’ici fin septembre.

 

Bref, on va s’en prendre encore plein la gueule! Youpie!

 

 

La vidéo-surveillance: petite histoire


 

Les Hollandais ont mis au point une caméra de surveillance, dotée d’un logiciel capable de détecter tout individu au comportement suspect. Elle est alors capable de le suivre et de répertorier toute une base de données sur ledit personnage qui a dégainé sa pipe un peu trop vite et qui a de la peine à trouver son paquet tabac à moitié vide, collé entre son agenda, son iPad et son porte-feuille. Quelques jours plus tard, sortant de son petit magasin de tabac, le Monsieur «au comportement suspect» tombe sur une bande de manifestants enragés et se met en colère parce qu’il s’est fait bousculé. Bingo, c’est dans la boîte! On diffuse alors son portrait sur les écrans qui ont envahi les foyers. Sa femme, sa maîtresse et sa secrétaire le reconnaissent. L’une d’entre elles, la plus frustrée, prend son mobile et téléphone directement au commissariat en précisant aux fonctionnaires de la force publique qu’en effet, son mari avait un comportement suspect depuis un certain temps.

La police va alors questionner la secrétaire qui, en effet, voyait son chef s’absenter de plus en plus souvent et à des heures on ne peut plus douteuses. Un petit tour sur les comptes-rendus des bancomat et on s’aperçoit que Monsieur effectuait des retraits assez conséquents depuis quelques mois. Sa carte de crédit montre qu’il a parfois été dans des hôtels douteux dont une seule caméra de surveillance fixée sur la caisse est installée par le gérant. Bizarre, bizarre!

On observe aussi Monsieur dans certains restaurants, cela grâce aux caméras de surveillance fixées dans des coins stratégiques et invisibles pour le simple péquin qui n’y prend garde, et que voit-on?! Monsieur refiler des petits paquets emballés à une Dame qui n’a rien de spécial pour un oeil machiste. Cette Dame de mettre le paquet dans son sac et feignant une intense émotion envers ce généreux donateur qui, on le distingue très bien sur la vidéo, insiste pour qu’elle ne l’ouvre pas tout de suite ou pas du tout, c’est selon le calcul algorithmique de la caméra «top niveau logiciel qui détecte tout comportement suspect», ou selon celui qui interprète les images qui défilent.

A un moment, la Dame se rend aux lieux d’aisances où seule, la salle lavabo est investie par une caméra «Hight Tech» cachée dans la grille d’aération. La Dame va se soulager, se rend vers un miroir, se regarde tout en se lavant les mains et, n’y tenant plus, puise dans son sac duquel elle en retire le paquet remis tantôt. «A ma tendre Mimi». Pas de doute, c’est un nom de code car la Dame se révise très vite et glisse fissa fissa le paquet au fond de son sac.

Sans le savoir, la Dame fait partie d’une recherche faciale de son identité et rebingo, on s’aperçoit qu’elle a été arrêtée lors des manifestations de 1968. C’est une rebelle et elle remet ça! Trop discrète pour être honnête!

Les détectives, alertés par la Femme de Monsieur, sont sur les dents et espèrent faire un carton car pour eux, c’est «The Big Fish»! On va les avoir, ces salopards d’Al Caramba! Une manifestation «secrète» diffusée sur Face de Bouc et Twitter a lieu le lendemain. On va faire une planque vers l’immeuble minable dans lequel la Dame a trouvé un logement depuis fort longtemps, et une autre derrière la grille du pavillon de Monsieur.

07h30, Monsieur sort la voiture de son garage, mais les agents ne paniquent pas. Grâce à la puce de l’Ipad qui permet de savoir où l’individu se trouve à tous moments, pourquoi risquer de se faire repérer?! L’agent transmet par Wifi au QG: «Le bonhomme sort de sa souricière, je répète, le bonhomme sort de sa souricière». Les détectives, restés au QG suivent à la trace la petite lumière rouge qui se déplace sur l’écran LED. La lumière rouge s’arrête, la caméra de la ville prend le relais et envoie les images du Bonhomme entrant dans un magasin de tabac, toujours le même. Bizarre! Il en ressort 5 minutes après, un petit colis sous le bras. Prendre toutes les dispositions nécessaires pour avoir des informations sur ce tabagiste, c’est peut-être une piste!

Le Bonhomme reprend sa BMW et se rend à un bancomat. Pourquoi chaque fois un différend?! C’est qu’il est méfiant notre gaillard! Notre Gaillard qui, maintenant arrive sur son lieu de travail où la secrétaire, briffée par la brigade anti-gang, ne doit rien laissé transparaître et alerter immédiatement la police anti-terrorisme une fois que son patron s’absente.

11h30, le Suspect sort de son entreprise et prend les transports publics pour se rendre au centre-ville. On ne peut pas encore intervenir, trop de monde et trop de risques de dommages collatéraux. Lorsque le Terroriste descend du bus, il s’arrête un instant, dégaine sa pipe et recherche son maudit paquet de tabac qui, décidément, à l’art de se cacher n’importe où dans cette foutue poche intérieure. Sans doute un signe! Mais à qui? Une fois sa pipe bourrée, il l’allume et prend la direction d’une brasserie où sa complice l’attend déjà, assise à une table reculée et discrète. Son visage est pensif et scrute la porte d’entrée du bistrot avec insistance. C’est qu’on n’a pas le droit de fumer dans les lieux publics! Son pseudo-amant entre enfin et les deux visages s’illuminent mais tentent de cacher leur émotion. Le Terroriste sort alors le paquet-cadeau devant sa comparse qui feint une expression de lassitude heureuse.

C’est alors qu’il y a un remue-ménage dans la brasserie et des hommes vêtus de carapaces noires et couverts d’un casque étrange se précipitent vers le couple aux yeux hallucinés. Un tonneau est placé sur le paquet et on dégage les clients de la salle. Les deux Malfrats sont menottés, bâillonnés, sanglés et emportés dans un fourgon de la police. Pendant ce temps, les forces anti-mines font sauter le paquet où était encore écrit: «A ma douce Mimi». Un code là aussi! Un amoureux se renouvelle, pensez donc!

12h30. Opération: «C’est du tout cuit» a été un succès! La plus vieille édition de: «Ainsi parlait Zarathoustra» est partie en fumée, le Monsieur se fait torturer dans une prison étrangère pour avouer il ne sait pas encore quoi, la Dame croupit dans une vieille geôle du pays dans le plus grand secret, le marchand de tabac est placé en isolement, la secrétaire a perdu son job et la Femme se retrouve sans mari pour faire chauffer la marmite.